🇫🇷 Vincent Crase, un autre collaborateur du Président Macron, est apparu muni d’une arme à feu, sans avoir de permis.

par Y.C.
Capture écran vidéo Youtube.

Vincent Crase a été placé en garde à vue ce vendredi matin. L’homme se trouvait avec Alexandre Benalla le 1er mai. Les deux hommes ont commis ensemble des violences sur des manifestants, se faisant passer pour des policiers. Des images qui sont désormais diffusées partout dans les médias et sur les réseaux sociaux.

Vincent Crase était lui aussi un collaborateur d’Emmanuel Macron au moment des faits. Il est un «gendarme réserviste» basé dans l’Eure, reconverti dans la sécurité privée. L’homme était «employé de la République en marche», a indiqué le porte-parole de l’Élysée ce jeudi. Le collaborateur d’Emmanuel Macron «était très ponctuellement mobilisé, comme d’autres réservistes, par le commandement militaire de la présidence de la République», a précisé Bruno Roger-Petit.

Tout comme Alexandre Benalla avec qui il était, Vincent Crase a été filmé le 1er mai lors de cette même manifestation, alors qu’il commet des violences sur plusieurs personnes lui aussi. Ce dernier s’est fait également passer pour un policier.

Ce vendredi matin, Vincent Crase a été placé en garde à vue des chefs de violences en réunion par personne chargée d’une mission de service public et usurpation de fonction.

Sur les images datée du 1er mai, le mis en cause apparait avec des lunettes de soleil sur le haut du crâne et avec un brassard « Police ». L’homme évacue un manifestant qui reçoit ensuite des coups de la part d’Alexandre Benalla. Vincent Crase lève la main sur un autre manifestant au sol.

Une arme de poing à la ceinture

Mais un autre fait est très problématique pour l’Élysée. Selon les informations du journal Libération, Vincent Crase ne dispose d’aucun permis de port d’arme. Une information confirmée par le Ministère de l’intérieur et la Préfecture de police, sollicités par le quotidien.

Pourtant, le mis en cause était porteur d’une arme de poing à la ceinture le 1er mai, comme il est possible de le voir sur les différentes vidéos.

Capture écran vidéo Youtube

Toujours selon Libération, sa présence n’avait pas été déclarée à la direction de la préfecture de police de Paris. Vincent Crase n’était pas non plus associé au dispositif du 1er mai au titre de ses fonctions de gendarme réserviste, a indiqué le ministère de l’Intérieur à ce même quotidien.

Vincent Crase a été licencié

Pourtant, le porte-parole de la Présidence Bruno Roger-Petit a expliqué ce jeudi que Vincent Crase était présent le 1er mai «dans les mêmes conditions» qu’Alexandre Benalla. Le collaborateur «était très ponctuellement mobilisé, comme d’autres réservistes, par le commandement militaire de la présidence de la République» a-t-il indiqué.

Le porte-parole a ajouté que Vincent Crase avait été sanctionné « par une mise à pied de quinze jours avec suspension de salaire ». Par ailleurs, le porte-parole a précisé que l’Élysée avait mis fin à « toute collaboration entre lui et la présidence de la République. »

Ce vendredi soir, Alexandre Benalla et Vincent Crase étaient toujours en garde à vue. Une affaire qui n’a pas fini de faire couler de l’encre.

Actu17.