Violences aux Champs-Élysées : Adel raconte comment il a protégé un policier lynché au sol


(captures écran vidéo Facebook)

Adel, restaurateur en Seine-et-Marne, est intervenu sur les Champs-Élysées ce samedi durant les violences lors de l’acte 18 des Gilets jaunes. Un policier était tombé au sol, violemment pris à partie par de nombreux individus.


« Il était en boule, tout seul au milieu de l’avenue, il allait se faire tuer » raconte le trentenaire. Les scènes de violences et de pillages se sont multipliées ce samedi sur les Champs-Élysées. A plusieurs reprises, les forces de l’ordre ont été acculées. Une situation qui a conduit au limogeage du préfet de police et de plusieurs « têtes » à la préfecture, sous l’impulsion du Premier ministre Édouard Philippe.

Adel partait au travail lorsqu’il a décidé de se rendre sur la plus belle avenue du monde, pour voir de lui-même la situation. « Je me rendais au travail, je devais aller vers l’hippodrome d’Auteuil, quand j’ai entendu que ça pétait. J’ai fait un crochet pour aller voir de mes propres yeux, il faut le voir pour le croire » a-t-il raconté, interrogé par le journal Le Parisien.

« Une sorte de ronde où quelqu’un se fait tabasser au sol »

L’homme raconte être allé aux « deux premières manifs, pour le ras-le-bol fiscal, et après j’ai arrêté ». « Les annonces m’ont convaincu, même si je m’attendais à autre chose » ajoute-t-il, précisant que « comme 85% des Français », il « condamne les violences ».

Une fois sur les Champs-Élysées, ce restaurateur de Seine-et-Marne a compris que la situation était incontrôlable et a assisté à des charges policières. Un premier policier tombe au sol et reçoit des coups. C’est alors qu’Adel a aperçu « comme une sorte de ronde où quelqu’un se fait tabasser au sol ».

« Il y a des collègues là-bas ! » hurle-t-il, comme le montre une vidéo amateur de la scène, diffusée sur Facebook.

« T’inquiète pas je te protège »

« Il était en boule, tout seul au milieu de l’avenue, il allait se faire tuer, j’ai crié : « Arrêtez vous allez le tuer » et je me suis mis sur lui et je lui ai dit : « T’inquiète pas je te protège » » explique Adel. Sur ces images, la situation est particulièrement tendue. Le policier au sol qui semble être l’un des fonctionnaires d’un Dispositif d’action rapide (DAR), est protégé par le restaurateur et par un autre homme portant un gilet jaune (à 1min12).

Faits Divers

Un policier lynché au sol sur les Champs-Elysées – Acte 18 – Paris 16.03.19

Ses collègues arrivent rapidement et effectuent un périmètre de sécurité autour de lui afin qu’il puisse se relever. « Il m’a dit merci » raconte Adel qui avoue qu’il aimerait avoir des nouvelles du policier attaqué.

« Quand j’étais petit, je voulais être policier »

« J’ai la chance d’avoir fait des sports de combat depuis l’enfance… Et si je n’avais rien fait ? » se demande-t-il, avant d’expliquer qu’il aurait voulu lui aussi devenir policier. « Quand j’étais petit, je voulais être policier, mais comme je n’étais pas Français ce n’était pas possible ».

Né à Tizi Ouzou en Algérie, Adel est arrivé à l’âge d’un an à Paris dans un minuscule appartement, où il vivait « à sept ». Il a obtenu son BAC en candidat libre et s’apprête désormais à ouvrir son second restaurant et a confié au journal francilien avoir demandé sa naturalisation. « Je ne suis pas à plaindre » dit-il.