🇫🇷 Violences contre la police à Quimper : 4 mois de prison ferme pour 4 Gilets jaunes.

par Y.C.
Quatre individus condamnés à de la prison ferme après les violences à Quimper, le 17 novembre. (photo @vectorfabrik)

Quatre hommes ont été condamnés à 4 mois de prison ferme ce mardi pour des violences envers les forces de l’ordre. Un cinquième individu a été placé sous contrôle judiciaire.

Les quatres individus âgés d’une vingtaine d’années, qui se revendiquent comme des « Gilets jaunes », ont été déclarés coupables d’avoir commis des violences envers les forces de l’ordre, à Quimper (Finistère), ce samedi après-midi, devant la préfecture.

La manifestation non autorisée a rassemblé 2000 personnes ce 17 novembre et s’est déroulée dans le calme jusqu’à ce qu’elle dégénére subitement dans l’après-midi. Seulement 11 policiers de la section d’intervention du commissariat avaient été engagés sur le dispositif de ce rassemblement. Ils n’ont pu faire face à la pluie de projectiles.

Pavés et bouteilles en verre jetés sur les forces de l’ordre

« Nous avions décidé de ne pas porter le matériel de maintien de l’ordre pour ne pas donner prétexte à déclencher quelque chose » a expliqué Nelly Jauneau-Poirier, la directrice départementale de la sécurité publique, au journal Le Télégramme, alors qu’elle était elle-même sur le terrain.

Les policiers attaqués ont fait usage de leurs bombes lacrymogènes, alors qu’ils recevaient des pavés et des bouteilles en verre. A la barre, la directrice départementale raconte la difficile situation. « Mes gars sont entrain de crever » a-t-elle hurlé à la radio pour réclamer du renfort d’urgence.

Alors que des « Gilets jaunes’ applaudissaient à chaque fois qu’un policier tombait selon les récits des victimes, les gendarmes du PSIG de Quimper sont arrivés pour les aider à faire face aux assaillants.

Les CRS arriveront sur place à leur tour pour gérer ce maintien de l’ordre raconte le journal local.

« On subit nous aussi la hausse du carburants » (un policier)

Pour leur défense, les coupables ont évoqué un « mouvement de foule » de la centaine de personnes qui s’en prenaient aux policiers, dans lequel ils auraient été pris. L’un a expliqué s’être énervé après avoir été touché par un tir de flashball. Il avait en fait déjà été repéré par les policiers, au préalable.

« Nous aussi nous avons des familles. On subit nous aussi la hausse des prix du carburant » lui a répondu l’un des quatorze policiers blessés durant l’audience.

Les coupables étaient inconnus de la justice

Le parquet a réclamé des peines de prison ferme pour les quatre hommes. Le tribunal correctionnel de Quimper les a condamné à une peine de quatre ans d’emprisonnement ferme avec interdiction de participer à une manifestation pendant trois ans. Ces derniers n’avaient aucun antécédents judiciaires jusqu’ici.

Le cinquième prévenu âgé de 61 ans, déjà condamné à 14 reprises, a demandé du temps pour préparer sa défense, notamment en raison de son état de santé. Il sera jugé le 18 décembre et a été placé sous contrôle judiciaire en l’attente.