🇫🇷 Yvelines : Des dizaines de «mules» recrutées sur Facebook ont permis à un couple d’escroquer 1 million d’euros.

par Y.C.
Illustration

Un couple proposait à des personnes contactées sur Facebook d’acquérir des cartes de paiement « transcash » contre des chèques d’un montant supérieur à l’achat.

En quelques semaines, policiers et gendarmes ont reçu de nombreuses plaintes pour escroquerie.

Les victimes pensaient faire un bénéfice

Plusieurs dizaines de personnes, toutes contactées sur Facebook s’étaient vues proposer d’acquérir des cartes prépayées « transcash » en échange d’un chèque d’un montant supérieur à leur achat.

Des « mules » recrutées sur Facebook

Les victimes, pensant pouvoir faire un bénéfice, ont accepté la transaction et ont reçu le chèque. Une fois le chèque déposé sur leur compte, les clients achetaient les fameuses cartes qu’ils expédiaient.

Des chèques volés

Mais quelques jours plus tard, les chèques ont été rejetés par les banques au motif qu’ils étaient frappés d’opposition. Il s’agissait de chèques volés à l’occasion de vol à la roulotte ou dans les boîtes à lettres.

Un suspect pris en filature

Un individu a utilisé ces cartes de paiement dans les magasins et banques des alentours de Villepreux pour un montant total de 300 000 euros. Les policiers du commissariat de Plaisir ont repéré le suspect lors du visionnage des enregistrements de la videosurveillance.

Un couple interpellé

Une filature s’est engagée et l’individu a conduit les policiers jusqu’à son domicile. Mercredi matin, le mis en cause et une femme qui se trouvait dans l’appartement ont été interpellés.

Un million d’euros de préjudice

Au cours de la perquisition, 120 cartes Transcah ont été découvertes, ainsi que de nombreux objets de luxe. Le préjudicie total a été estimé à plus d’un million d’euros.

Une connexion avec la Côte d’Ivoire

Les deux interpellés ont reconnu les faits et ont déclaré adresser de l’argent à un complice résidant en Côte d’Ivoire. L’homme et la femme ont été mis en examen, l’homme âgé de 32 ans a été écroué, la femme âgée de 34 ans a été laissée libre sous contrôle judiciaire, relate Le Parisien.

Actu17.