🇫🇷 #Yvelines Un policier jugé pour un coup de poing à un multirécidiviste qui le menace de mort et avance vers lui

Le commissariat de Mantes-la-Jolie / DR

Le procès d’un policier affecté à Mantes-la-Jolie (Yvelines) se tenait aujourd’hui. Il lui est reproché d’avoir porté un unique coup de poing à un individu, multirécidiviste, qui, après l’avoir menacé de mort plusieurs fois en disant « Allah Akbar », avançait vers lui.

Le parquet a requis 2 mois de sursis contre le policier.

● Un brigadier-chef affecté à la Sûreté urbaine du commissariat de Mantes-la-Jolie (Yvelines) était jugé ce lundi pour « violence volontaire par personne dépositaire de l’autorité publique », sur un gardé à vue.

● Les faits se sont déroulés le 8 mars dernier au commissariat de Mantes-la-Jolie. Un quadragénaire algérien alors en garde à vue et au « casier judiciaire fourni » notamment pour des faits de violences aggravées, outrages, rébellion selon l’AFP, refusait de répondre aux questions des policiers.

● Durant son audition, l’homme n’a pas hésité à insulter et menacer de mort le policier et ce, à plusieurs reprises. Le gardé à vue était au moment des faits, mis en cause pour avoir commis des violences sur sa mère, pour lui soutirer de l’argent.

Aucun jour d’ITT

● Le policier à la barre a expliqué que le suspect avait tenu de nombreux propos en arabe durant cette même audition, répétant plusieurs fois « Allah Akbar » en plus des menaces de morts en français. Face au tribunal, le policier a été clair pour décrire le suspect en le qualifiant « d’apprenti djihadiste ».

● A la fin de l’audition, le suspect « hostile » s’est levé et se serait porté à la hauteur du policier « les mains menottées à hauteur du visage » selon cette même source, comme pour attaquer le brigadier-chef.

● Le fonctionnaire lui a alors porté un unique coup de poing à la pommette, ne causant aucun jour d’ITT au gardé à vue, et protégeant surtout et par la même occasion, son intégrité physique.

2 mois de sursis requis contre le policier

● Le suspect qui n’était pas présent à l’audience, est actuellement écroué pour ces mêmes menaces de mort après avoir été condamné à une peine de 15 mois de prison précise Le Figaro.

● Le police, ancien boxer, à quant à lui expliqué qu’il avait agi en « état de légitime défense ».

● Le parquet a requis deux mois de prison avec sursis contre le brigadier-chef en fin de séance.

Actu17.