Yvelines : Un homme ligoté et torturé à mort à son domicile à Coignières


Illustration © Actu17

Un homme de 60 ans a été retrouvé mort ce mercredi soir dans son pavillon situé à Coignières (Yvelines). Ligotée, la victime a été torturée à mort.

Inquiète de ne plus avoir de nouvelles de son frère depuis lundi, une femme s’est rendue au domicile de ce dernier situé dans l’impasse du four à chaux, à Coignières, ce mercredi soir vers 22 heures. La porte d’entrée de la maison était ouverte tout comme une fenêtre raconte Le Parisien.

Le corps sans vie de son frère gisait dans son sang, au sol, dans la cuisine. L’homme de 60 ans était pieds nus et avait les mains attachées avec du fil électrique. Elle a immédiatement alerté la police.

De nombreuses brûlures et plaies dans le dos

Un médecin légiste a examiné le corps du défunt tandis que les policiers ont effectué des relevés sur les lieux. De nombreuses traces de coups ont été constatées mais également de lacérations, qui pourraient correspondre au fil électrique qui a servi à attacher la victime. Une quantité importante de brûlures et de plaies sur le dos du sexagénaire ont aussi été relevées selon une source proche de l’enquête citée par le quotidien. L’homme a vraisemblablement été torturé à mort.

Des marques de semelles de chaussures étaient également présentes sur le tee-shirt et le corps du défunt. Une autopsie va être pratiquée afin de permettre aux enquêteurs d’en savoir plus sur les circonstances de cet homicide.


La porte était ouverte depuis lundi après-midi

Les techniciens de la police scientifique ont par ailleurs constaté qu’il y avait des traces de sang jusque sur les murs et sur les meubles, ainsi que des traces de pas allant vers la sortie du logement. A l’extérieur du pavillon, du fil électrique taché de sang a été retrouvé.

Plusieurs voisins ont déclaré aux policiers que la porte de la maison de la victime était ouverte depuis lundi après-midi. Les investigations ont été confiées aux enquêteurs de la brigade criminelle de la police judiciaire de Versailles, qui vont devoir déterminer le mobile de ce terrible crime.