Yvelines : Un professeur de collège de 35 ans exhibe son sexe devant de jeunes adolescentes


Illustration. (shutterstock)

Un enseignant qui exerçait dans un établissement scolaire de Magny-les-Hameaux (Yvelines) a été interpellé par la police la semaine dernière. Il est accusé par cinq jeunes adolescentes d’exhibition sexuelle.


Un professeur de collège, âgé de 35 ans, a été interpellé et placé en garde à vue par les policiers du commissariat de Rambouillet. Le suspect est au cœur d’une enquête pour des faits d’exhibitions sexuelles devant des mineures. Les quatre premières plaintes ont été recueillies il y a deux ans, rapporte Le Parisien.

Quatre jeunes adolescentes de 13 ans avaient affirmé qu’un homme leur avait montré son sexe à Chevreuse, à Rambouillet et dans un train reliant cette dernière commune au Perray-en-Yvelines. Malgré leurs efforts, les policiers en charge des investigations n’étaient pas parvenus à identifier le suspect.

Trop choquées, les victimes n’avaient pas été dans la capacité de leur communiquer une description exploitable. Les enquêteurs ont tout de même poursuivi leurs investigations. Ils ont appris qu’un professeur d’un collège de Magny-les-Hameaux avait été auditionné à l’époque par les gendarmes de Chevreuse, pour des faits similaires. Dans cette enquête indépendante, la victime n’avait pas reconnu l’enseignant comme étant le suspect.

Une nouvelle plainte, deux ans plus tard

Rebondissement en février dernier. Une adolescente de 13 ans a déposé plainte à son tour pour des faits d’exhibition sexuelle survenus dans le train reliant Rambouillet au Perray-en-Yvelines. Les policiers ont immédiatement transmis la description du mis en cause contenue dans la plainte aux agents de la Sûreté ferroviaire de la SNCF.


Ces derniers ont identifié un homme qui pouvait correspondre à ce signalement et ont transmis sa photo aux enquêteurs. Eux-mêmes ont ensuite présenté le cliché à la victime, qui leur a confirmé qu’il s’agissait de son agresseur.

Il nie les faits qui lui sont reprochés

L’homme était bien cet enseignant, déjà entré dans les radars des forces de l’ordre par le passé. Il a été interpellé le 18 juin dernier chez lui, à Rambouillet. Lors de sa garde à vue il a nié les faits qui lui sont reprochés. Pourtant cinq adolescentes l’ont formellement identifié comme étant l’exhibitionniste dont elles ont été victimes.

Face aux questions des enquêteurs, tout juste a-t-il avoué – bien obligé – qu’il prenait le train jusqu’au Perray-en-Yvelines avant de rentrer chez lui à pied, « pour tromper l’ennui ». À l’issue de sa garde à vue, il a été déféré au parquet de Versailles, puis remis en liberté sous contrôle judiciaire. L’enseignant a été suspendu par le Rectorat en attendant son procès devant le tribunal correctionnel.