200 000 masques destinés à l’Ile-de-France volés lors du braquage d’un convoi à la frontière espagnole


Illustration. (Shutterstock / Damian Lugowski)

Un vol à main armée a ciblé un convoi transportant des masques en tissu qui se dirigeait vers l’Ile-de-France. Le matériel devait être distribué aux administrés de plusieurs communes de la région.


200 000 masques « grand public » ont été volés lors du braquage d’un convoi au niveau de la frontière franco-espagnole, ce jeudi. Les malfaiteurs ont fait main basse sur le précieux chargement composé de masques en tissu, lavables et réutilisables. Le préjudice est estimé à plusieurs centaines de milliers d’euros par l’entreprise en charge de fournir la marchandise, relate franceinfo.

La cargaison devait être distribuée dès cette semaine dans plusieurs communes d’Ile-de-France : Bobigny, Bondy, Montreuil (Seine-Saint-Denis), Nozay (Essonne), Saint-Germain-en-Laye (Yvelines), Chelles (Seine-et-Marne) et Us-en-Vexin (Val-d’Oise). 50 000 masques auraient dû, par exemple, être distribués par la municipalité de Montreuil à ses habitants, dans leurs boîtes aux lettres à partir du 14 mai.

400 000 € de masques

La commande de masques avait été passée par plusieurs villes Est-Ensemble et d’autres territoires, le 16 avril dernier, pour un montant total de 400 000 euros.

Sissi et cie, une entreprise du Val-de-Marne spécialisée dans l’import-export de textile avait répondu à l’appel pour se charger de fournir ce matériel de protection. Elle avait alors sollicité ses fournisseurs basés au Portugal. « Le chauffeur s’est fait braquer sur une aire de repos, c’est encore très flou », a indiqué l’entreprise qui a déjà procédé à plusieurs livraisons à des collectivités depuis le 30 avril, sous escorte des forces de l’ordre.


Dans une « immense colère », le maire de Montreuil, Patrice Bessac (PCF), a publié un communiqué dénonçant « un acte criminel qui met en danger » les habitants.