80 km/h : Édouard Philippe se dit prêt à laisser les départements assouplir la règle


Edouard Philippe (360b / Shutterstock)

Édouard Philippe s’est dit prêt, ce jeudi matin sur franceinfo, à laisser les présidents de conseils départementaux assouplir cette mesure qui fait polémique depuis sa mise en place en début d’année.


Il s’agit d’une mesure ayant fait polémique et qui a été abordée à plusieurs reprises dans le cadre du Grand débat, faisant suite au mouvement des Gilets jaunes. Le chef du gouvernement a confirmé qu’il était prêt à faire marche arrière sur ce dossier et ainsi laisser les présidents de conseils départementaux revenir aux 90 km/h sur les routes nationales.

Édouard Philippe s’appuie un amendement porté par le groupe LREM à l’Assemblée nationale dans le cadre des discussions sur le projet de loi d’orientation sur les mobilités, qui prévoit cet assouplissement.

« Quand je prends une décision je l’assume »

« Si les présidents de conseils départementaux souhaitent prendre leurs responsabilités, je n’y vois aucun inconvénient », a expliqué le Premier ministre, fixant néanmoins la condition que cette capacité soit « systématiquement assortie de mesures » pour garantir « le plus haut niveau de sécurité routière possible ».

Une décision de passer aux 80 km/h que le chef du gouvernement a dit ne pas regretter. « Quand je prends une décision je l’assume. Cette décision a produit ses effets (la baisse du nombre de morts, ndlr), je m’en réjouis. Ce sujet a suscité des questions, des incompréhensions. Le président nous a incités à l’appliquer avec plus d’intelligence pratique ».