Afrique du Sud : L’incendie dévastateur au Parlement reprend après une accalmie

Des pompiers luttent contre les flammes s'échappant du Parlement sud-africain, le 3 janvier 2022, au Cap (AFP) - Tous droits réservés. © 2022 Agence France-Presse

C’est un des pires scénarios possibles : après avoir maîtrisé le violent incendie qui s’est déclaré dimanche, ravageant le Parlement sud-africain au Cap, les pompiers luttent à nouveau pied à pied avec les flammes qui ont repris de plus belle lundi après-midi.

Un épais nuage de fumée s’échappe à nouveau des toits de l’imposante bâtisse victorienne et de longues flammes sortent des rangées de fenêtres de la façade, ont constaté des journalistes de l’AFP sur place.

Pourtant quelques heures plus tôt, les secours avaient déclaré être venus à bout de la catastrophe. Les équipes de nuit avaient passé la main, quittant les lieux au volant des camions sous les bravos des passants et de journalistes postés à la grille, dans un soulagement général. Mais ils avaient mis en garde : à l’intérieur de cet enfer, la température restait incroyablement élevée par endroits, au-delà de 100 degrés Celsius.

« Le feu a repris dans le toit du bâtiment abritant l’Assemblée nationale », a déclaré à l’AFP le porte-parole des pompiers de la ville, Jermaine Carelse. La veille, la salle boisée aux fauteuils en cuir où siègent les députés avait été totalement dévastée, « il ne va pas y avoir de séance avant longtemps », avait ainsi résumé M. Carelse.

Un homme présenté à la justice mardi

Dans cette partie la plus récente du vaste édifice composé de trois bâtiments datant de différentes époques, les pompiers avaient d’abord dû battre en retraite dimanche face à l’intensité du feu. Mais ils avaient réussi à dompter les flammes dans le courant de la nuit, laissant alors apparaitre une carcasse noire et trempée, tristes restes de la Chambre.

« Le vent s’est renforcé et a enflammé la boiserie du toit dont certaines parties ne sont pas accessibles avec les lances à eau », ont expliqué les secours. Comme la veille, certains soldats du feu tentaient du haut d’une grue de calmer les flammes. Une soixantaine de pompiers sont à l’œuvre. Un homme de 49 ans a été arrêté dimanche dans l’enceinte du Parlement et inculpé pour « vol avec effraction et incendie criminel ». Il sera présenté mardi à la justice.

Trou béant

Le feu a démarré dimanche vers 05H00 (03H00 GMT), dans l’aile la plus ancienne de l’édifice, achevée en 1884, aux anciennes salles recouvertes de bois précieux et ornées de riches tissus. Cette partie historique qui accueillait autrefois les parlementaires, abrite une librairie et un musée. Le Parlement recèle quelque 4.000 œuvres d’art et de patrimoine dont certaines remontent au XVIIe siècle. Là, le toit a été entièrement détruit laissant un trou béant mais l’inestimable collection de livres et œuvres d’art semble avoir été épargnée.

Le dernier bâtiment abritant la chambre haute du Parlement, nommée le Conseil national des Provinces, est encore inaccessible mais les secours pensent que les dommages seront essentiellement liés aux tonnes d’eau qui ont été déversées et aux fumées. Là aussi, des artefacts inestimables sont conservés.

Une délégation du gouvernement s’est réunie en milieu de journée avec experts et ingénieurs, pour établir un premier état des lieux et évaluer le coût des réparations. Mais l’opération a été limitée pour des questions de sécurité et les experts ont tenté d’obtenir des images avec un drone, avant d’être interrompus par la reprise du feu. Un rapport préliminaire doit être rendu vendredi.

Le parlement du Cap en flammes, le 2 janvier 2021 – (AFP)

Deux foyers distincts

Selon les enquêteurs, l’incendie s’est déclaré dans deux foyers distincts et le système d’extinction automatique n’a pas fonctionné correctement car l’eau était coupée. Les caméras de surveillance ont montré que le suspect arrêté était présent aux alentours de 02H00 du matin. « Mais la sécurité ne l’a vu qu’aux alentours de 06H00, lorsqu’ils ont regardé les écrans alertés par la fumée », a précisé à l’AFP la ministre des Travaux publics, Patricia De Lille.

Le Parlement avait déjà été touché par un incendie rapidement circonscrit en mars. Le Cap est depuis 1910 le siège du Parlement, le gouvernement étant installé à Pretoria. En février 1990, le dernier président sud-africain blanc FW de Klerk, décédé en novembre, y avait annoncé la fin du régime raciste d’apartheid.