Agen : Trois policiers sauvent une femme de la noyade


Trois policiers ont sauvé la vie d'une femme de 59 ans à Agen. (photo police nationale)

Trois policiers se sont jetés dans la Garonne pour sauver une femme de 59 ans de la noyade ce lundi, à Agen (Lot-et-Garonne). Ils sont parvenus à la rattraper malgré l’important courant dans le fleuve. Cette dernière a été conduite à l’hôpital.

C’est un acte héroïque. Les policiers d’Agen ont reçu un appel peu avant 16 heures. Une femme venait de se jeter dans la Garonne, depuis la passerelle Michel-Serres qui relie la commune à celle du Passage.

Une patrouille de trois policiers – deux gardiens de la paix et un adjoint de sécurité – s’est rapidement rendue sur place pour venir en aide à cette femme. Ne la voyant pas, les fonctionnaires ont longé le fleuve à bord de leur voiture et ont aperçu la victime à environ 150 mètres selon une source policière. Ils se sont placés une cinquantaine de mètres plus loin pour tenter de rattraper la malheureuse, et la ramener sur la terre ferme.

Ils ont ensuite retiré leur ceinturon qui pèse plusieurs kilos, ont traversé des herbes hautes et des ronciers puis se sont jetés à l’eau, depuis un parapet situé à un mètre de hauteur. La quinquagénaire se trouvait à une vingtaine de mètres plus loin, en perdition. Ils l’ont alors vu disparaître de la surface mais ont réussi à la saisir par un bras, parvenant ensuite à la ramener près de la berge décrit cette même source.

Une fracture à la jambe

La quinquagénaire était à bout de force et commençait à perdre connaissance. Elle était également en hypothermie. « Les policiers ont essayé de réchauffer la victime tout en lui parlant pour qu’elle reste consciente, en la gardant le plus possible hors de l’eau jusqu’à l’arrivée des pompiers », explique cette source policière.

C’est avec l’aide des secours qu’ils ont enfin réussi à remonter la malheureuse sur la terre ferme, un mètre plus haut, avec l’aide d’une planche d’évacuation. Cette dernière, qui souffre d’une fracture à une jambe, a été transportée à l’hôpital en état d’urgence relative, sans que son pronostic vital ne soit engagé. L’intervention des policiers a permis de sauver une vie.