Calvados : Un ado de 17 ans mis en examen pour avoir agressé sexuellement 3 femmes, puis laissé libre


Illustration. (Shutterstock / lzf)

Les gendarmes ont enquêté dans la plus grande discrétion sur trois agressions sexuelles commises à Ouistreham et Blainville-sur-Orne (Calvados) aux mois d’avril et de juin derniers. Un suspect a été arrêté.

L’affaire a débuté le 18 avril dernier, lorsque les gendarmes ont appris qu’une jeune femme avait été agressée pendant son footing à Ouistreham. « Son agresseur procède à des attouchements de nature sexuelle par-dessus ses vêtements » a indiqué la procureure de Caen Amélie Cladière à France Bleu.

Par chance, un gendarme faisait lui aussi son footing à cet endroit et a surpris l’agresseur en plein acte, le mettant en fuite. Une première description sommaire du suspect a ainsi été relevée. Une enquête a été ouverte et des surveillances ont été mises en place dans le secteur. Elles sont restées vaines.

Deux autres victimes en juin

Quelques semaines plus tard, deux agressions similaires se sont produites le même jour. Le 2 juin dernier, une jeune femme qui se trouvait sur une piste cyclable de Blainville-sur-Orne a été attaquée par un inconnu, selon le même mode opératoire que l’affaire précédente.

La victime est parvenue à se défaire de son agresseur qui tentait de la retenir par le bras, mais elle a été rattrapée. Là encore, un intervenant extérieur – ici un cycliste – mettra en fuite le suspect.


Le même jour, l’agresseur a fait une autre victime. Les faits se sont déroulés cette fois à Ouistreham. Une femme qui regagnait son domicile à vélo a été agressée par le suspect, qui l’a poursuivie juché sur un cyclomoteur.

Un suspect interpellé

Les enquêteurs sont parvenus à identifier un suspect à force de minutieuses investigations dans la plus grande discrétion. Cet adolescent de 17 ans a été interpellé et placé en garde à vue. Au terme de cette mesure, il a été déféré au parquet de Caen et mis en examen par le juge des enfants le 5 juin dernier.

Il a été laissé libre sous contrôle judiciaire comprenant « un certain nombre d’obligations », a précisé la magistrate dans un communiqué, ajoutant que « les vérifications se poursuivent ». L’adolescent comparaîtra ultérieurement devant le tribunal pour enfants.