Charente-Maritime : Une avocate surprise en plein rapport sexuel avec un détenu à la maison centrale de Saint-Martin-de-Ré


Illustration. (G.Tbov/shutterstock)

Une avocate a été surprise en pleins ébats sexuels avec son client, détenu à la maison centrale de Saint-Martin-de-Ré (Charente-Maritime). Les syndicats de surveillants pointent les risques de contamination au Covid-19, alors même que les rapports sexuels sont interdits en prison.

Un surveillant pénitentiaire de la maison centrale de Saint-Martin-de-Ré a eu une drôle de surprise ce vendredi 30 juillet. Il a interrompu une avocate et son client incarcéré, qui étaient en pleins ébats sexuels dans le quartier de la Citadelle rapporte Sud Ouest.

Le syndicat pénitentiaire des surveillants de la maison centrale dénonce cet acte et les risques de contamination au Covid-19 que cela pourrait engendrer, d’autant que la prison a été touchée par un cluster en avril dernier. Le pass sanitaire n’est actuellement pas obligatoire pour les professionnels qui interviennent dans les établissements pénitentiaires.

Des sanctions sont-elles possibles pour cette avocate et ce détenu ? Le parquet a indiqué qu’il n’engagerait pas de poursuites étant donné qu’il n’y a tout simplement pas d’infractions pénales. L’Ordre des avocats a de son côté ouvert une procédure disciplinaire qui « sera menée avec sévérité et sérieux » a souligné Madame le bâtonnier, Me Catherine Cibot-Degommier, à nos confrères. L’avocate risque un blâme, voire la révocation du barreau. Quant au détenu, il devrait passer en commission de discipline.