Coronavirus : 6 266 détenus en moins depuis le 16 mars pour désengorger les prisons


Nicole Belloubet le 28 août 2019. (©PHOTOPQR/LE PARISIEN/Maxppp)

Le ministère de la Justice a pris des mesures pour désengorger les prisons françaises afin d’éviter une propagation du coronavirus.

D’après des chiffres de la Chancellerie, le nombre de détenus dans les prisons françaises a diminué de 6 266 entre le 16 mars et le 1er avril dernier.

L’annonce en a été faite par le ministère de la Justice ce vendredi, précisant qu’au 1er avril il y avait 66 309 détenus dans les 188 prisons françaises, contre 72 575 le 16 mars.

Une diminution de l’activité

Cette baisse est inédite. Elle est due à des libérations anticipées, mais également à une diminution de l’activité judiciaire. Ces deux phénomènes ont entraîné, de fait, une réduction du nombre de détenus.

Des libérations possibles pour certains prisonniers

Seuls certains détenus peuvent prétendre à une libération anticipée. Le 19 mars dernier, la Garde des Sceaux Nicole Belloubet a demandé aux juridictions de « différer la mise à exécution des courtes peines d’emprisonnement ».


Les critères de libération des détenus dans le cadre de ces mesures exceptionnelles ont été précisés dans une interview que la ministre a accordée ce week-end au Journal du Dimanche : les détenus doivent avoir moins de deux mois de détention restants à purger, et ne pas avoir été condamnés pour un crime, des actes liés au terrorisme ou des violences conjugales.

Une fois libérés de manière anticipée, ils sont assignés à domicile et peuvent être réincarcérés s’ils ne respectent pas les obligations liées au confinement de la population.