Deux policiers agressés lors d’une intervention près de Grenoble, l’un a perdu connaissance

Illustration. (Jose Hernandez/Camera 51/shutterstock)

Deux policiers ont été blessés lors d’une intervention à Saint-Martin-d’Hères, près de Grenoble (Isère) ce lundi soir. L’agresseur tentait de s’en prendre à son ex-compagne lorsque les forces de l’ordre sont arrivées. L’un des fonctionnaires, touché à la tête, a fait un malaise et a perdu connaissance lors de la violente agression.

Un équipage de police-secours a été appelé pour un différend familial lundi soir vers 22 heures, dans la rue de Malfangeat à Saint-Martin-d’Hères. Les fonctionnaires se sont alors retrouvés face à un homme qui était en train de tambouriner à la porte du domicile de son ex-compagne décrit une source proche de l’enquête, confirmant une information du média local Place Gre’net. La situation a dégénéré en quelques instants face à cet homme en état d’ivresse, âgé de 35 ans.

Le trentenaire aurait porté un coup de poing à l’un des agents, qui a réussi à l’esquiver. Il tente alors de maîtriser son agresseur mais ce dernier parvient à le projeter violemment par terre. La tête du policier heurte brutalement un muret en béton. L’homme ne s’arrête pas pour autant : il saisit l’agent qui vient de perdre connaissance, par son gilet pare-balle, pour le frapper contre le sol. Le second policier tente de l’en empêcher. Des coups sont échangés. L’agresseur est finalement arrêté avec l’aide des renforts arrivés rapidement sur place.

Trois jours d’ITT

Cet homme déjà connu des services de police pour un délit routier a été placé en garde à vue différée. Il a été interrogé le lendemain matin. Les deux policiers ont quant à eux été transportés à l’hôpital par les sapeurs-pompiers, pour y subir des examens. Le fonctionnaire touché au niveau de la tête souffre d’un traumatisme crânien. Trois jours d’incapacité totale de travail (ITT) lui ont été attribués. Il a pu regagner son domicile quelques heures plus tard. Son collègue, légèrement blessé à un doigt, a reçu un certificat mentionnant un jour d’ITT.

Le groupe d’appui judiciaire (GAJ) du commissariat a été chargé des investigations.