Paris : Un Guyanais de 20 ans interpellé par la BAC avec plus de 60 000 euros de cocaïne

L'homme transportait plusieurs dizaines d'ovules de cocaïne.

Un homme a été interpellé par la BAC avec un peu plus de 800 grammes de cocaïne, ce dimanche matin, dans le Xe arrondissement de Paris. Le suspect qui vit en Guyane a été placé en garde à vue. Il aurait servi de mule.

Il avait avec lui près de 60 000 euros de drogue. Cet homme de 20 ans sortait d’un hôtel Ibis situé dans le Xe arrondissement de la capitale et allait prendre un taxi, lorsque les policiers de la brigade anticriminalité (BAC) ont surgi.

Les fonctionnaires de l’arrondissement ont constaté ces derniers mois une recrudescence d’hommes venant de Guyane, et qui s’installent dans les hôtels, notamment du côté de la gare de l’Est. Plusieurs d’entre eux ont été interpellés alors qu’ils avaient ingéré des ovules de cocaïne. La drogue est ensuite écoulée à Paris, ou dans d’autres grandes villes, en France ou en Europe.

Ce dimanche matin, les policiers de la BAC du Xe ont appris qu’un homme d’une vingtaine d’années qui serait une mule, s’était installé dans cet hôtel de la rue Sibour. Une surveillance a été mise en place dans le secteur de l’établissement vers 11h30. Peu avant midi, un homme correspondant au signalement est sorti de l’hôtel et s’est dirigé vers un taxi qui était arrêté depuis quelques minutes. Les fonctionnaires ont décidé de procéder à son contrôle. « L’homme portait une sacoche en bandoulière et avait un sac de voyage qu’il a mis dans le coffre », détaille une source proche du dossier. Le suspect est rapidement passé aux aveux. Il transportait dans ses affaires pas moins de 88 ovules contenant de la cocaïne, pour un poids total de 802 grammes. L’homme a été placé en garde à vue. La mesure peut s’étendre jusqu’à 96 heures en matière de trafic de drogue. La brigade des stupéfiants de la police judiciaire parisienne a été chargée de cette enquête.

Des passeurs venant de Guyane qui sont remunérés

Le phénomène des passeurs de cocaïne venant de Guyane est en pleine expansion ces dernières années en métropole. Début mai, la direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) a alerté dans une note que ce type de trafic de drogue s’était implanté dans la Nouvelle-Aquitaine. Certains réseaux n’hésitent plus à recruter des mules pour quelques milliers d’euros. Les candidats sont parfois obligés d’ingérer des dizaines d’ovules – comme ceux saisis à Paris ce dimanche – qui contiennent chacun entre 8 et 10 grammes de cocaïne. La drogue est ensuite revendue entre 70 et 80 euros le gramme.

Le 13 mars dernier, une jeune femme de 25 ans originaire de la région bordelaise a été tuée d’une balle dans la tête à Cayenne, en Guyane. Les investigations ont montré qu’elle serait arrivée sur place avec pas moins de 25 000 euros en numéraire, pour acheter de la cocaïne.