Professeur décapité : le terroriste avait contacté les auteurs des vidéos visant Samuel Paty, pour obtenir des renseignements


Un hommage a été rendu à Samuel Paty sur la place de la République à Paris ce dimanche 18 octobre. (photo Remy Buisine)

Le terroriste de Conflans-Sainte-Honorine avait pris contact avec Brahim C. et Abdelhakim Sefrioui afin de se renseigner sur ce qu’il s’était produit.

Abdouallakh Anzorov avait pris contact via les réseaux sociaux avec Brahim C., le père d’une élève de 4ème qui se plaignait du professeur Samuel Paty révèle BFMTV.

Le tueur en avait fait de même avec Abdelhakim Sefrioui, cet homme fiché S et inscrit au FSPRT (Fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste), qui avait accompagné Brahim C. lors du rendez-vous avec la principale du collège de Conflans, pour se plaindre du fait que l’enseignant avait montré des caricatures du prophète Mahomet lors d’un cours.

L’assaillant souhaitait obtenir des détails sur ce qu’il s’était passé durant le cours en question précise la chaîne d’informations. On ne sait pas à ce stade si les deux personnes concernées, qui sont toujours en garde à vue, ont répondu à Abdouallakh Anzorov.

Le terroriste avait proposé plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège vendredi après-midi, alors qu’il se trouvait devant l’établissement. Il souhaitait que ces derniers lui désignent Samuel Paty. Peu avant 17 heures, l’enseignant a été poignardé à de multiples reprises puis décapité en pleine rue, non loin du collège. L’assaillant a été abattu par la police. L’enquête menée par la SDAT et la DGSI se poursuit.