Toulouse : Les images de l’interpellation d’un homme qui s’était échappé d’un hôpital psychiatrique font polémique


Un homme a été interpellé à Toulouse dans la nuit de vendredi à samedi. (capture écran vidéo)

Une vidéo amateur montrant l’interpellation d’un homme dans la rue, à Toulouse (Haute-Garonne) a été diffusée sur les réseaux sociaux, créant une polémique. L’interpellé s’était échappé d’un hôpital psychiatrique et était « potentiellement » armé. Il avait été arrêté dans la journée de vendredi par les gendarmes.

Cette séquence vidéo dure environ une minute. Les faits se sont déroulés dans la nuit de vendredi à samedi vers 3 heures du matin, à proximité du CHU de Toulouse, dans la rue Romilly. On aperçoit un homme qui est interpellé par plusieurs policiers et qui n’obtempère pas aux injonctions.

Ce dernier est mis au sol tandis qu’un fonctionnaire utilise ce qui semble être une muselière, pour le frapper, alors qu’on lui ordonne de mettre ses mains dans le dos afin être menotté. L’homme de 51 ans est finalement maîtrisé et arrêté. Quelques heures avant cette interpellation, les policiers avaient été avisés qu’il s’était évadé du service psychiatrique de l’hôpital et qu’il pourrait être en possession d’une grenade ou d’une arme de poing explique La Dépêche.

« Les policiers ont essayé de le maîtriser à l’aide des chiens (…) il a frappé l’animal »

« Nos collègues ont voulu le contrôler en étant très prudents, vu les renseignements que nous avions et sa corpulence, mais il a refusé », explique au quotidien, David Leyraud, secrétaire régional adjoint d’Occitanie du syndicat Alliance police nationale. « Il a frappé un des agents avec un bâton, au niveau du visage. Les policiers ont essayé de le maîtriser à l’aide des chiens, mais il n’a pas faibli, il a frappé l’animal », ajoute-t-il.

« Il a été très violent avec nos hommes quelques minutes avant les images filmées »

La vidéo a été filmée à partir de ce moment-là. « Les membres de la patrouille étaient blessés, et le mis en cause également », a précisé le délégué syndical. « Cette délicate opération exigeait la coercition et l’usage de la force, afin de réussir à le mettre hors d’état de nuire par un menottage dorsal », précise dans un communiqué le syndicat Unité SGP-FO qui ajoute que le mis en cause fait « 1m90 pour 130 kilos ».

« Il a été très violent avec nos hommes quelques minutes avant les images filmées. Nous ne savions pas s’il était porteur d’une arme, en revanche, nous étions informés de sa dangerosité. Il a été très difficile de lui faire mettre les mains dans le dos », détaille Nelson Bouard, le Directeur départemental de la sécurité publique (DDSP) de Haute-Garonne.

Armé d’un fusil et d’une hache ce vendredi

Ce vendredi, quelques heures avant qu’il soit pris en charge à l’hôpital Purpan, l’homme avait été au cœur d’une altercation sur la commune de Longage. Il aurait exhibé un fusil et une hache alors qu’il était menacé par un individu lui réclamant de la drogue relate le quotidien. Les gendarmes sont intervenus et ont interpellé le quinquagénaire qui a été alors conduit au CHU.

En outre, l’homme est déjà connu des services de la justice et a déjà purgé plusieurs peines de prison dans sa jeunesse, notamment une pour avoir fait exploser un commerce, suite à un différend avec le propriétaire selon La Dépêche.

Le mis en cause a été déféré au parquet de Toulouse ce dimanche, à l’issue de sa garde à vue.