Val-d’Oise : Le coach conjugal commettait des viols lors de séances de «bioénergie»


Illustration. (Pixabay)

Un homme de 73 ans, vient d’être condamné par la cour d’assises du Val-d’Oise pour avoir commis plusieurs viols.

Ce coach conjugal de Moisselles a écopé de cinq ans de prison dont un avec sursis assortis d’une mise à l’épreuve d’une durée de trois ans, au terme de 6 heures de délibéré ce mardi.

Cinq femmes victimes de ses agissements s’étaient constituées parties civiles.

Une dérive sectaire

Le prédateur exerçait depuis une vingtaine d’années auprès des catholiques de la paroisse de Domont, relate Le Parisien. Dans leurs plaintes, les clientes ont évoqué des pénétrations digitales subies durant des séances de « bioénergie ».

La justice a retenu l’abus de faiblesse dans les agissements du prédateur, soulignant la dérive sectaire de son activité. Par ailleurs, le délit de travail dissimulé a été également retenu à son encontre.


Sept ans de procédure

Ce jugement est intervenu au terme de sept ans de procédure, et alors que des faits ont été commis jusqu’à 17 ans auparavant. L’avocat de la défense a plaidé une pratique entre adultes consentants.

Avant que la cour ne se retire pour délibérer, le prévenu a prononcé une prière à la Vierge Marie.

Écoute psychologique et massage

L’enquête des gendarmes, qui a débuté en 2012, avait mis en lumière les pratiques du suspect qui facturait 50 euros la consultation, rapporte le quotidien francilien. La séance d’écoute, durant laquelle la patiente évoquait son passé, était suivie d’une séance de « bioénergie » qui se pratiquait nu. S’en suivait un massage accompagné de « palpations » notamment.