Assassinat de Samuel Paty : une femme interpellée à Nîmes et placée en garde à vue


Illustration. (Jose Hernandez/Camera 51/shutterstock)

Une femme âgée de 33 ans, soupçonnée d’avoir été en contact avec le terroriste qui a assassiné le professeur Samuel Paty à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), a été interpellée à Nîmes (Gard) ce mardi matin. Elle a été placée en garde à vue.

Une opération de police menée par la sous-direction antiterroriste (SDAT) de la police judiciaire et la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), s’est déroulée ce mardi matin à Nîmes indique Objectif Gard. Une femme de 33 ans a été interpellée dans le cadre de l’enquête sur l’attentat qui a coûté la vie au professeur Samuel Paty, en octobre dernier.

La trentenaire est soupçonnée d’avoir été en contact avec le terroriste, Abdoullakh Anzorov, un réfugié d’origine tchétchène abattu peu après l’attaque par les policiers. La garde à vue de la mise en cause peut durer jusqu’à 96 heures.

Cette dernière pourrait ensuite être déférée en vue de sa mise en examen dans le cadre de l’instruction ouverte pour « complicité d’assassinat terroriste » et « association de malfaiteurs terroriste » précise Le Figaro.

Le professeur Samuel Paty, 47 ans, a été décapité par le tueur alors qu’il venait de sortir de son collège de Conflans-Sainte-Honorine. Dans ce dossier, quatorze personnes ont déjà été mises en examen, dont six collégiens. Parmi ces mineurs, deux sont soupçonnés d’avoir accepté de l’argent de la part de Abdoullakh Anzorov, en échange de lui désigner la victime au moment où elle sortirait de l’établissement scolaire.