Belfort : Un jeune homme musulman roué de coups car il a fêté Noël et qu’il est fils de policier


Illustration. (shutterstock)

Un jeune homme âgé de 20 ans de confession musulmane est tombé dans un guet-apens et a été frappé par plusieurs individus. Il venait de recevoir des insultes et des menaces après avoir diffusé une photo de son repas de Noël sur Snapchat.


Violemment frappé car il est fils de policier et qu’il fête Noël en étant de confession musulmane. Voilà ce qui est arrivé ce vendredi à Belfort à un jeune homme de 20 ans que nous appellerons Karim. Ce dernier était à table vers 15 heures et a décidé de partager une photo de son repas de Noël sur Snapchat raconte L’Alsace. Des huitres et des crevettes étaient visibles.

C’est alors qu’il a reçu un message de l’un de ses contacts sur le réseau social. L’homme lui a dit qu’il était choqué de le voir fêter Noël, puisqu’il est musulman. Il est allé beaucoup plus loin dans ses propos et l’a insulté : « Sale fils de blancs, fils de serpent, fils de policiers ». Karim a ensuite reçu des menaces le visant lui et ses parents. « Je vais te montrer ce qu’est un vrai rebeu » (arabe en verlan, ndlr) a ajouté cet homme.

Passé à tabac par cinq individus

Stupéfait par ces propos, Karim a convenu d’un rendez-vous à Belfort avec son interlocuteur, qu’il connaissait de l’école et de son club de football, afin de s’expliquer avec lui. Une fois sur place, il a rapidement compris qu’il était tombé dans un guet-apens. L’homme qu’il venait voir se trouvait avec quatre autres individus. Mis au sol et roué de coups, Karim a été abandonné le visage en sang.

Il a déposé plainte peu après. Une enquête a été ouverte et l’auteur des messages a été interpellé et placé en garde à vue. « Ce n’est pas musulman de fêter Noël » aurait-il déclaré lors de son audition. Deux autres suspects ont été identifiés par les enquêteurs, ils auraient participé à cette violente agression.


« Cette affaire ne doit pas rester sans suite »

La mère du jeune homme agressé, qui est officier de police judiciaire (OPJ), a exprimé sa colère auprès de nos confrères : « Il est tombé dans un guet-apens. On lui fait payer ses origines mais surtout le fait d’être le fils d’un couple de policiers. Ce sont des comportements sectaires et racistes, c’est inacceptable au XXIe siècle ». « Cette affaire ne doit pas rester sans suite », a-t-elle réclamé.

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a réagi concernant cette affaire dans un tweet ce samedi soir. « À Belfort, un jeune homme agressé parce qu’il aurait fêté Noël et ne serait pas un «bon arabe». Circonstance «aggravante» : être fils de policiers », a-t-il écrit. « La justice a ouvert une enquête. Pas de place pour le séparatisme dans notre pays, pas de place pour le racisme d’où qu’il vienne ».

« Colère et écœurement face à la haine anti-flics et cet intégrisme religieux infect », s’est indigné le secrétaire régional Grand Est du syndicat Alliance Police Nationale, Michel Corriaux, sur Twitter. « La réponse pénale doit être ferme et sans concession. Bon rétablissement pour la victime et soutien sans faille pour nos collègues ».