Besançon : En plein tribunal, il s’ouvre les veines avec une lame de rasoir


Illustration. (Shutterstock)

Le ressortissant tunisien, qui avait été extrait de sa cellule pour son audience, avait dissimulé une lame de rasoir sur lui. Il était jugé pour des violences volontaires sur une avocate.

Ce jeudi, en pleine audience au sein du Palais de Justice de Besançon dans le Doubs, un prévenu s’est tailladé l’avant-bras. Le sang a giclé et s’est répandu dans le box des accusés.

Juste après l’énoncé du verdict

Zakaria Tounsi avait déjà passé deux mois en prison lors de sa comparution devant le tribunal pour « violences volontaires aggravées ». Il avait été condamné en première instance à quatre ans de prison ferme.

Fin mars, ce ressortissant tunisien avait suivi une jeune femme dans la rue – avocate de profession – et s’était introduit chez elle en défonçant la porte de son appartement. Là, il avait brandi un couteau mais la jeune femme était parvenue à s’échapper in extremis par une fenêtre.

Les secours interviennent au tribunal

Ce jeudi donc, après un moment de sidération, des personnels formés aux premiers secours ont porté assistance au prévenu, relate L’Est Républicain. Alerté, le SAMU a pris le relais et a transporté l’homme à l’hôpital.


La justice a demandé a la Maison d’Arrêt de Besançon un rapport circonstancié pour faire la lumière sur les failles de sécurité qui ont permis au prévenu de se munir d’une lame de rasoir.

Zakaria Tounsi a été condamné à cinq ans de prison ferme, avec interdiction définitive de se maintenir sur le territoire français à l’issue de sa peine. C’est après avoir entendu le verdict qu’il a agi.