Besançon : Les policiers municipaux contraints de verbaliser les policiers nationaux devant le commissariat


Le commissariat de la Gare d’eau à Besançon (photo Google)

Les policiers municipaux de Besançon ont reçu des consignes qui les mettent en « porte à faux » vis à vis de leur collègues de la Police Nationale.

Les abords du commissariat de police, situé sur l’avenue de la Gare d’eau à Besançon, sont au centre de frictions entre les policiers et la municipalité. Des voitures appartenant aux fonctionnaires sont stationnés sur l’esplanade face au bâtiment, et cela ne satisfait visiblement pas les autorités locales.

Des consignes pour cibler ce secteur

La tension est à son comble entre certains policiers et la municipalité. Une patrouille d’agents municipaux a eu pour consigne de verbaliser ces voitures précisément, relate L’Est Républicain.

Un personnel de la Police Municipale souligne les difficultés rencontrées lorsqu’il se retrouve face à ses collègues de la Police Nationale : « Ça devient ambigu. C’est uniquement des personnes du commissariat qui étaient garées là. Ça nous met en porte à faux, on se fait alpaguer par les agents ». Les contrevenants devront s’acquitter de 35 euros d’amende, pour « stationnement gênant », a affirmé le maire (LREM) Jean-Louis Fousseret.

Un problème récurrent

Car les fonctionnaires ne disposent pas d’emplacements suffisant pour se stationner. Et pour des raisons de sécurité évidentes, ils ne souhaitent pas s’éloigner du commissariat.


Ce constat est partagé par le commissaire Benoît Desferet : « Ce n’est pas nouveau. Beaucoup de choses ont été faites pour augmenter le nombre de places même si elles sont insuffisantes au regard des effectifs ». Et le chef de la police de poursuivre : « Il y a eu un papillonnage pour les alerter et j’ai envoyé des mails pour les prévenir. Ça vaut pour les policiers et pour tout le monde. Il n’y a pas d’exception au niveau de la loi ».