Blessure de Jérôme Rodrigues : «À ce stade, j’exclus totalement l’usage du tir de lanceur de balles de défense» affirme Laurent Nunez.


Laurent Nuñez (Gérard Bottino / Shutterstock)

Le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Intérieur a réagi sur le plateau de LCI, ce dimanche soir, aux violences qui se sont déroulées en marge des manifestations des Gilets jaunes ce samedi 26 janvier.

Interrogé sur la blessure de Jérôme Rodrigues, Laurent Nunez a affirmé que la figure des Gilets jaunes n’avait pas été blessé par un tir de Lanceur de balles de défense (LBD 40).

« À ce stade, j’exclus totalement l’usage du tir de lanceur de balles de défense [à l’encontre de Jérôme Rodrigues] » a-t-il expliqué, affirmant qu’il s’agissait de « faits graves » et qu’il avait « une pensée » pour la victime. « Il y a eu au total 32 tirs de LBD ce samedi » à Paris, a précisé Laurent Nunez « uniquement dans les lieux où des violences ont été commises ».

« Des investigations minutieuses vont être menées »

« Ce soir j’ai évidemment une pensée, en premier lieu, pour Monsieur Rodrigues. J’ai aussi une pensée pour les 45 policiers et gendarmes qui ont été blessés pour la seule journée d’hier, pris à partie par des manifestants ultra-violents, visés par des jets de projectiles ou d’acide » a détaillé le secrétaire d’État.

« Des investigations minutieuses vont être menées pour déterminer ce qu’il s’est passé, avec des auditions, une exploitation de la vidéoprotection de la ville de Paris », a-t-il poursuivi.


Une réaction qui intervient après la blessure de Jérôme Rodrigues à l’oeil droit, durant la manifestation des Gilets jaunes à Paris, sur la place de la Bastille, alors qu’il réalisait une vidéo en direct sur Facebook.

Sur ces images, il est possible d’apercevoir un policier lancer une grenade, qui aurait causer la blessure de la victime. Une thèse que réfute l’avocat de la victime, Me Philippe de Veulle.

101 enquêtes de l’IGPN

« Des saisines de l’IGPN liées à des suspicions de violences policières, il y en a 101 », a expliqué Laurent Nunez sur le plateau de LCI, interrogé sur le nombre de personnes blessées durant les manifestations des Gilets jaunes. « Une dizaine concerne l’usage de l’usage du LBD, et quasi-systématiquement dans des contextes d’ultra-violence » a-t-il toutefois tempéré.

Le secrétaire d’État est également revenu sur le nombre de manifestants, de policiers et de gendarmes blessés, depuis le début du mouvement contestataire. « Depuis le début des mobilisations, 1200 policiers ont été blessés. Il y a eu 1900 manifestants blessés dans le cadre des manifestations, sur les ronds-points par exemple, et 10 personnes décédées ».

« Pour l’instant, on ne peut pas faire sans » le LBD

Interrogé sur l’utilisation controversé des Lanceurs de balles de défense, Laurent Nunez a réaffirmé sa position. « On les utilise assez peu sur le maintien de l’ordre, seulement sur les scènes de guerilla urbaine pour tenir à distance un certain nombre d’individus. Pour l’instant, on ne peut pas faire sans » a-t-il répondu.

« Avec Christophe Castaner, nous sommes responsables de l’intégrité physique des policiers, gendarmes, et de l’ensemble des manifestants pour éviter que les casseurs leur portent atteinte » a ajouté Laurent Nunez, répondant à la position du Défenseur des droits Jacques Toubon, qui réclame la suspension du LBD.

« Je ne demande pas aux Gilets jaunes d’arrêter les manifestations, mais de les déclarer s’ils souhaitent descendre dans la rue » a aussi dit l’ancien patron de la DGSI.