Champigny : Une femme poignardée à mort, son compagnon activement recherché par la police


Une femme a été tuée dans son appartement de la rue Albert Thomas à Champigny. (capture écran Google)

Une jeune femme a été poignardée à mort ce vendredi soir à Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne). Son compagnon a pris la fuite, il est toujours activement recherché par la police.

L’hypothèse d’un féminicide ne fait que peu de doute. Peu avant 20 heures, une habitante de la rue Albert Thomas à Champigny-sur-Marne a entendu des hurlements venant de l’appartement de l’un de ses voisins raconte Le Parisien. Les bruits d’une dispute.

Quelques instants plus tard, l’homme a frappé à sa porte et lui a demandé d’appeler la police. Il est ensuite parti avec ses deux enfants âgés de 2 et 4 ans. L’habitante a immédiatement donné l’alerte.

Dans le logement, les secours et les policiers ont découvert sa compagne de 29 ans qui avait été poignardée à au moins trois reprises au niveau du bas du corps. Un couteau était planté jusqu’au manche au niveau de son thorax. La victime originaire du Brésil a été déclarée morte sur place vers 21 heures.

Les enfants déposés chez son patron

Au même moment, la nièce du compagnon en fuite s’est présentée à l’appartement. Elle devait venir garder les enfants ce vendredi soir. Son récit a permis aux policiers d’en savoir rapidement plus. Ils ont en effet appris que le tueur présumé est ouvrier dans le bâtiment et qu’il s’est donc peut-être réfugié chez son patron qui habite à quelques centaines de mètres de là.


Le tueur présumé est activement recherché par la police. (DR)

L’homme n’était plus sur place mais il était passé déposer ses deux enfants, vers 20 heures, avant de disparaître. Il était toujours recherché par les forces de l’ordre ce samedi après-midi. Une enquête pour homicide volontaire a été ouverte par le parquet de Créteil et confiée au Service départemental de police judiciaire (SDPJ) du Val-de-Marne.

Le maire de la ville, Laurent Jeanne, a fait part de son intention de prendre en charge les deux enfants. L’élu a promis de mobiliser « les structures de l’État et de la ville ». Pour l’heure, ils ont été accueillis « par les services de l’État avec la protection de l’enfance ».