Chevaux mutilés dans l’Yonne : un homme interpellé dans le Haut-Rhin et placé en garde à vue


Illustration © Actu17

Un quinquagénaire soupçonné d’avoir mutilé deux équidés dans l’Yonne a été interpellé ce lundi matin.

Les gendarmes de la Section de recherches (SR) de Dijon (Côte-d’Or) ont interpellé et placé en garde à vue un homme de 50 ans dans le Haut-Rhin, ce lundi matin, rapporte Le Parisien. Il est soupçonné d’avoir mutilé deux poneys dans l’Yonne, dans la nuit du 24 au 25 août dernier. Les enquêteurs mènent actuellement des perquisitions dans la vaste propriété du quinquagénaire.

Cette nuit d’août, le responsable du refuge géré par l’association « Ranch de l’Espoir », situé à Villefranche-Saint-Phal, avait été attaqué par deux hommes et blessé à coup de serpette. Deux poneys qui se trouvaient dans le refuge avaient été mutilés avant que les suspects ne parviennent à s’enfuir.

L’un des animaux présentait une plaie s’étirant sur près de 50 centimètres, le second sur une vingtaine de centimètres. Le responsable du refuge, Nicolas Damejean, avait dû être hospitalisé et s’était vu délivrer 4 jours d’Incapacité totale de travail (ITT). Grâce à son précieux témoignage, les gendarmes avaient pu établir un portrait-robot de l’un des deux fuyards.

Le suspect est étranger au monde équestre

L’homme placé en garde à vue est actuellement auditionné par les enquêteurs qui le soupçonnaient « depuis un bon moment », selon une source proche du dossier, citée par le quotidien francilien. On ne sait pas à ce stade s’il s’agit du suspect dont le portrait-robot avait été diffusé fin août.

Le quinquagénaire interpellé ce lundi est étranger au monde équestre et a déjà eu affaire à la justice pour des faits liés aux produits stupéfiants. « On doit confirmer son implication dans cette affaire, et vérifier qu’il n’est pas concerné par d’autres agressions sur des animaux », a indiqué le parquet de Sens.

Une trentaine d’attaques d’équidés ont été recensées sur tout le territoire national depuis le début de l’été. L’Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique (OCLAESP) centralise les informations recueillies dans le cadre des investigations en cours et apporte son soutien aux enquêteurs locaux.

Par ailleurs, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin et le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie devaient se rendre dans l’Oise, ce lundi après-midi, afin de rencontrer une éleveuse d’un cheval victime de mutilations.