Coup de filet antidrogue : une tonne de cannabis et des centaines de milliers d’euros saisis en Île-de-France


Illustration. (© PhotoPQR/La Dépêche du midi / Jean-Michel Mazet / Maxppp)

Les policiers ont saisi plus d’une tonne de cannabis mais également des armes et plusieurs centaines de milliers d’euros en numéraire.


Une vaste opération de police s’est déroulée ce jeudi en Île-de-France et a permis de faire une importante saisie de drogue. L’enquête était initialement menée par la police judiciaire d’Evry, avant d’être reprise par la juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Paris indique une source proche de l’enquête, confirmant une information du Parisien.

Un réseau de trafiquants de drogue a été démantelé après plusieurs mois d’enquête. Dix suspects ont été interpellés dans plusieurs départements d’Île-de-France, en Seine-et-Marne, dans le Val-de-Marne et en Seine-Saint-Denis. Ils ont été placés en garde à vue. Le principal mis en cause est bien connu des services de police puisqu’il a déjà été condamné par le passé à six ans de prison pour un trafic de stupéfiants. Ce dernier est sorti de prison après avoir passé quatre années derrière les barreaux.

Les policiers de la Brigade de recherches et d’intervention (BRI) de Versailles ont participé à ce coup de filet. Au total, 1025 kg de cannabis ont été saisis lors des différentes perquisitions, ainsi que plusieurs centaines de milliers d’euros en numéraire apprend-on de même source. La somme pourrait atteindre 600 000 euros.

Des armes à feu ont également été découvertes, notamment un pistolet-mitrailleur de type Uzi et une arme de calibre 11,43.


Près de 500 kg de cannabis dans les Hauts-de-Seine

La semaine dernière, les policiers du Service départemental de police judiciaire (SDPJ) de Seine-Saint-Denis ont également mis la main sur 480 kg de cannabis lors d’un coup de filet, résultat de près d’un an d’enquête. La drogue était dissimulée dans un entrepôt de Courbevoie (Hauts-de-Seine).

Cinq hommes ont été interpellés dans cette affaire puis mis en examen « pour blanchiment, association de malfaiteurs, transport, détention acquisition et importation de stupéfiants ». Quatre ont été placés en détention provisoire.