Des CRS en déplacement à Paris passent la nuit dans leurs fourgons, leur cantonnement n’ayant pas été désinfecté


Des dizaines de CRS ont décidé de passer deux nuits dans leurs fourgons plutôt que dans leur cantonnement qui n'avait pas été désinfecté. (DR)

Des dizaines de policiers de la Compagnie républicaine de sécurité (CRS) ont passé la nuit dans leurs fourgons devant leur cantonnement, qui n’avait pas été désinfecté avant leur arrivée, en pleine pandémie de coronavirus. Les fonctionnaires ont donc souhaité ne prendre aucun risque.

La CRS 40 de Dijon (Côte-d’Or) est arrivée ce mercredi en région parisienne pour plusieurs jours, avec notamment comme mission la protection du palais de l’Élysée. C’est là où ils se trouvaient ces deux derniers jours. Les policiers devaient être logés au cantonnement de Pondorly à Rungis (Val-de-Marne), mais ont refusé d’y passer la nuit.

« Les chambres n’ont pas été désinfectées avant notre arrivée, et vu qu’elles étaient occupées par une autre compagnie 24 heures avant, on a refusé les chambres », a expliqué une déléguée du syndicat UNSA Police à nos confrères de France 3.

73 policiers ont dormi dans leur fourgon

« Aucune solution acceptable n’a été proposée, donc on a décidé de dormir dans les véhicules », a-t-elle ajouté. 73 policiers ont donc passé la nuit dans leurs fourgons qui étaient stationnés sur le parking du cantonnement. Une situation qui risquait de se reproduire dans la nuit de jeudi à vendredi. La CRS 40 doit finalement rentrer à Dijon ce vendredi, sans que l’on sache s’il y a un lien de cause à effet.

Selon un protocole mis en place avant le début de la crise sanitaire de Covid-19, les locaux des cantonnements doivent être désinfectés après chaque passage d’une compagnie, s’il y a des cas avérés de maladie, ou des suspicions. Dans le cas contraire, les chambres sont uniquement nettoyées. Il s’agit d’une mesure qui a été instaurée notamment pour les cas de gale. « On sait très bien qu’il existe des porteurs sains » de coronavirus, souligne la syndicaliste.


Pas de masque de protection

Dans le même temps, les fonctionnaires de la CRS 40 ont dénoncé le manque de protection dans leur unité. Aucun masque n’a été mis à leur disposition pour ce déplacement explique cette même déléguée syndicale.

Avant leur arrivée à Paris, ces policiers se trouvaient à Calais (Pas-de-Calais). Ils avaient alors perçu un seul et unique masque de type FFP2 chacun, pour 15 jours, alors que la durée d’utilisation recommandée pour ce type de protection va jusqu’à 8 heures.

Des millions de masques distribués selon Christophe Castaner

Ce jeudi, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a indiqué que quatre millions de masques avaient été distribués dans l’ensemble des services. Neuf millions seront distribués d’ici à la fin avril a-t-il précisé, rappelant que le ministère de l’Intérieur en avait commandé 60 millions au total. La problématique du port et des stocks de masques au sein de la police nationale a provoqué la colère des syndicats de police.