Essonne : Les arbres plantés en la mémoire d’Ilan Halimi ont été sciés et saccagés.


Des arbres plantés à la mémoire d'Ilan Halimi ont été sectionnés. (photo Florian Loisy)

A trois jours du 13ème anniversaire de la mort du jeune homme, les arbres plantés en sa mémoire ont été sciés et saccagés à Sainte-Geneviève-des-Bois (Essonne). Une enquête a été ouverte.


Ilan Halimi, un jeune homme de confession juive âgé de 23 ans, avait été torturé à mort en 2006 dans l’Essonne. Des arbres plantés en sa mémoire, sur le lieu où il avait été retrouvé agonisant, ont été sciés et saccagés a annoncé ce lundi la mairie de Saint-Geneviève-des-Bois.

« Ce matin, lundi 11 février, à l’avant-veille de la cérémonie annuelle en hommage à Ilan Halimi, les services municipaux de la commune de Sainte-Geneviève-des-Bois, dans l’Essonne, ont découvert que les arbres plantés à sa mémoire ont été coupés, profanés. L’un abattu, l’autre sectionné » a dénoncé le maire de la commune Frédéric Petitta, dans un communiqué. Une plainte a été déposée a annoncé l’élu.

Torturé pendant 24 jours et laissé mort

La victime avait été torturée durant 24 jours par un groupe antisémite surnommé le « le gang des barbares ». Le jeune homme avait été retrouvé mort le long d’une voie de chemin de fer en 2006. Ilan Halimi avait été enlevé alors qu’une jeune femme avait servi « d’appât » pour l’attirer. Il avait ensuite été séquestré.

Une demande de rançon de 450.000 euros avait été adressée à la famille du jeune homme. Les ravisseurs avait choisi Ilan Halimi pour sa religion, persuadés qu’être juif, c’est avoir de l’argent.

Les deux arbres avaient été plantés en 2007 et 2010 en son hommage, le nom « Ilan » signifiant « arbre » en hébreu. Depuis 13 ans, la commune de Saint-Geneviève-des-Bois organise chaque année une cérémonie en hommage au jeune homme. La prochaine se tiendra ce mercredi à 10 heures.

Le ministre de l’Intérieur s’est rendu sur place ce lundi soir

Christophe Castaner s’est rendu sur les lieux du saccage, ce lundi soir. « L’antisémitisme se répand comme un poison, comme un fiel. Il attaque, il pourrit les esprits. Il assassine », a t-il déclaré. « C’est ce qui s’est passé pour Ilan Halimi. Dans deux jours nous nous préparions, ici, à nous souvenir. Dans deux jours nous voulions pousser à nouveau ce cri d’espérance pour que cela ne se reproduise pas. Et pourtant la réalité est toute autre. L’antisémitisme a progressé de 74% dans ses cris d’honneur l’année écoulée. L’antisémitisme continue à frapper les esprits. L’antisémitisme fait mal. »

« Je pense à la famille d’Ilan Halimi, je pense à sa sœur, je pense à sa mère qui, traumatisée par ce qui est arrivé à son fils, a préféré quitter la France. Je pense à cette attaque contre un culte, contre une mémoire, contre l’espérance que, malgré la violence, nous puissions regarder l’avenir avec optimisme. » a expliqué le ministre de l’Intérieur. « En attaquant un culte, on attaque la République. Je le dis avec la plus grande fermeté, nous ne laisserons rien passer. » a-t-il conclu.