EXCLUSIF. Les avoirs criminels en forte hausse en 2018 : 645,3 millions d’euros saisis en France


Illustration. (photo wikimedia)

Les saisies d’avoirs criminels ont fortement progressé en 2018 pour atteindre près de 646 millions d’euros. La hausse est de 19,5%.

INFO ACTU17. Les saisies d’avoirs criminels en France sont en nette hausse pour l’année écoulée. Selon les chiffres du ministère de l’Intérieur que nous avons pu consulter, le montant atteint 388,2 millions d’euros pour la police nationale, soit une hausse de 18% sur un an (329,2 M€ en 2017), et 257,1 millions d’euros pour la gendarmerie nationale, soit une hausse de 21,8% sur un an (211,1 M€ en 2017).

Le montant total des saisies pour 2018 en France est de 645,3 millions d’euros, ce qui représente une augmentation de 19,5% (540,2 M€ en 2017). Depuis 2012, la progression des saisies d’avoirs criminels est colossale puisqu’elle atteint 121%.

Près d’un tiers des avoirs criminels saisis en collaboration avec un GIR

Par ailleurs, les saisies réalisées en association avec un GIR (Groupe d’intervention régional) représentent 215,06 millions d’euros. Un montant qui représente une augmentation de 5,39% comparé à 2017.

Il existe 37 GIR sur le territoire français. Il s’agit d’entités administrativement rattachées aux services régionaux de police judiciaire ou aux sections de recherche de la gendarmerie nationale.


Les GIR sont pluridisciplinaires et sont chargés d’agir contre la délinquance sous tous ses aspects en utilisant l’ensemble des moyens législatifs et réglementaires, qu’ils soient pénaux, fiscaux, douaniers ou administratifs. Ils ont été créés par une circulaire interministérielle du 22 mai 2002, alors que Nicolas Sarkozy était ministre de l’Intérieur.

Une saisie exceptionnelle de 25,5 millions d’euros de l’OCLCIFF

Cette note du ministère de l’Intérieur mentionne par ailleurs une saisie exceptionnelle de 25,5 millions d’euros, lors d’une enquête menée par l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF) de la DCPJ.