Haute-Garonne : Le voyeur espionnait ses voisines avec des caméras cachées dans leurs chambres


Illustration. (Pixabay)

L’homme était parvenu à accéder aux chambres à coucher de plusieurs voisines, dans lesquelles il avait dissimulé des caméras.

Un habitant de Saint-Mamet en Haute-Garonne, âgé de 42 ans, est soupçonné d’avoir espionné durant plusieurs semaines cinq personnes, avec des caméras cachées dans leurs chambres. Il aurait agi de la même manière à son domicile pour observer son épouse à son insu.

L’enregistrement se déclenchait automatiquement

L’enquête a débuté le 26 février, lorsqu’un couple a déposé plainte à la gendarmerie. Il avait eu la désagréable surprise de découvrir une caméra dissimulée dans sa chambre. Les investigations ont avancé très rapidement.

Les gendarmes ont saisi le matériel et exploité la carte mémoire de la caméra. Ils ont alors découvert qu’un autre couple de voisins avait aussi été filmé à son insu.

Le suspect apparaît sur des fichiers vidéo

En y regardant de plus près, les enquêteurs ont constaté sur certains fichiers la présence d’un homme d’une quarantaine d’années. Celui-ci avait été enregistré sans qu’il ne s’en rende compte, en manipulant la caméra. Après recherches, ils ont déterminé qu’il s’agissait d’un autre voisin de ce secteur de Saint-Mamet, qui vit lui aussi en couple.


Il a donc été convoqué à la gendarmerie et placé en garde à vue, mercredi. Cet homme de 42 ans est soupçonné d’avoir installé les caméras trois semaines auparavant, afin d’espionner des femmes dont il se serait épris, relate La Montagne. Il aurait aussi dissimulé une caméra dans son propre domicile, pour filmer sa conjointe.

Une tentative d’agression sexuelle

Le suspect fait également l’objet d’une autre procédure judiciaire pour une tentative d’agression sexuelle, a indiqué le parquet d’Aurillac. Au mois de novembre dernier, il aurait tenté d’embrasser une femme de force, dans cette commune.

Au terme de sa garde à vue jeudi, le quadragénaire a été laissé libre. Les investigations se poursuivent. Le parquet a requis une expertise psychiatrique dont les résultats sont attendus dans les prochains jours.