L'Élysée évoque un «gros risque de voir la Russie étendre son opération militaire»

La guerre se poursuit pour le cinquième jour en Ukraine. Ce dimanche, le président russe Vladimir Poutine a ordonné de mettre en alerte les forces de dissuasion nucléaire dans un "régime spécial de service de combat". L'Union européenne a de son côté annoncé l'achat et la livraison de 450 millions d'euros d'armes à l'armée ukrainienne. Des pourparlers ont débuté ce lundi matin entre l'Ukraine et la Russie, à la frontière avec la Biélorussie. [Fin de notre direct, merci de nous avoir suivis]
L'Élysée évoque un «gros risque de voir la Russie étendre son opération militaire»
Vladimir Poutine lors de son allocution ce lundi soir. (capture écran)
Par Actu17
Le lundi 28 février 2022 à 10:47 - MAJ mardi 1 mars 2022 à 02:00

23h32. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a appelé mardi à interdire la Russie de "tous les ports" et "aéroports du monde" en représailles à l'invasion russe de l'Ukraine.

23h20. Les États-Unis ont décidé lundi d'expulser pour "espionnage" douze membres de la mission diplomatique russe auprès de l'ONU, une action dénoncée peu après par Moscou comme une "démarche hostile".

"Les États-Unis ont informé les Nations unies et la mission permanente de la Russie à l'ONU que nous entamions le processus d'expulsion de douze agents de renseignement de la mission russe qui ont abusé" de leur statut diplomatique aux États-Unis "en s'adonnant à des activités d'espionnage contraires à notre sécurité nationale", a déclaré la porte-parole de la mission américaine à l'ONU dans un communiqué.

22h00. Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) a annoncé lundi l'ouverture "aussi vite que possible" d'une enquête sur la situation en Ukraine, évoquant des "crimes de guerre" et "crimes contre l'humanité". "Je suis convaincu qu'il existe une base raisonnable pour croire que des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité présumés ont été commis en Ukraine" depuis 2014, a déclaré dans un communiqué le procureur de la CPI Karim Khan.

21h20. L'Élysée évoque ce lundi soir un "gros risque de voir la Russie étendre son opération militaire" alors que le président russe Vladimir Poutine est dans une "logique offensive".Les échanges avec le président Poutine ce lundi avec Emmanuel Macron ont été qualifiés de "rudes, très francs". "Poutine a répondu de manière clinique, il est déterminé", a-t-on souligné.

19h58. Le point sur la situation de la guerre en Ukraine ce lundi soir ici.

19h14. L’ambassade de France en Ukraine est actuellement transférée de Kiev à Lviv, dans l’ouest du pays, a annoncé le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian dans une interview à BFMTV, en raison des risques sécuritaires qui pèsent sur la capitale ukrainienne.

18h48. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a signé officiellement la demande d'adhésion ukrainienne à l'Union européenne. Le parlement ukrainien l'a annoncé, photo à l'appui, ce lundi après-midi.

18h54. La FIFA et l'UEFA ont décidé d'exclure la Russie de la prochaine coupe du monde de football qui se tiendra au Qatar cette année. L'annonce vient d'être faite dans un communiqué. Les clubs russes seront également bannis de toutes les compétitions européennes. L'équipe de football de Russie devait jouer les barrages qualificatifs pour le Mondial 2022 le 24 mars prochain contre la Pologne à Moscou. Ses adversaires - la Pologne, la République Tchèque et la Suède - ont annoncé ce vendredi qu'ils refusaient d'affronter la Russie.

18h03. Il y aura un deuxième round de négociations entre l'Ukraine et la Russie. Les délégations russes et ukrainiennes ont quitté la table des négociations et rentrent pour "consultations dans leurs capitales respectives", après avoir convenu vouloir un "deuxième round" de pourparlers, ont annoncé lundi les deux parties. "Les parties ont établi une série de priorités et thèmes qui demandent certaines décisions" avant un deuxième tour de pourparlers, a annoncé Mikhaïlo Podoliak, l'un des négociateurs ukrainiens. Selon son homologue russe, Vladimir Medinski, la nouvelle rencontre aurait lieu "bientôt" à la frontière polono-bélarusse.

17h58. La Finlande, non alignée mais membre de l'Union européenne, a annoncé ce lundi avoir pris la décision "historique" de fournir des armes à l'Ukraine suite à l'invasion du pays par la Russie. "La Finlande va fournir de l'assistance militaire à l'Ukraine. C'est une décision historique pour la Finlande", a annoncé la Première ministre Sanna Marin lors d'une conférence de presse. Il s'agira de 2500 fusils d'assaut, 150 000 munitions, 1500 lance-roquettes et 70 000 rations de campagne, a détaillé son ministre de la Défense, Antti Kaikkonen.

17h28. Vladimir Poutine a ordonné ce lundi la mise en place de mesures pour soutenir le rouble qui pâtit des sanctions occidentales liées à l'Ukraine, avec notamment une interdiction pour les résidents en Russie de transférer des devises à l'étranger, a annoncé le Kremlin. Lees exportateurs russes sont également sommés dès lundi de convertir en roubles 80% de leurs revenus en devises étrangères engrangés depuis le 1er janvier.

17h15. Le président russe Vladimir Poutine a déclaré lundi à son homologue français Emmanuel Macron qu'il exigeait la reconnaissance de la Crimée comme territoire russe, la "dénazification" du gouvernement ukrainien et un "statut neutre" de Kiev, comme préalable à la fin de l'invasion de l'Ukraine.

Vladimir Poutine a demandé "la reconnaissance de la souveraineté russe sur la Crimée, l'aboutissement de la démilitarisation et de la dénazification de l’État ukrainien et la garantie de son statut neutre" en préalable à tout règlement, a annoncé le Kremlin dans un communiqué, après un entretien téléphonique entre les deux chefs d’État.

16h00. Emmanuel Macron s'est entretenu avec le président russe Vladimir Poutine au téléphone durant 1h30 annonce l'Élysée. "Le Président de la République a réitéré la demande de la communauté internationale de cesser l'offensive russe contre l'Ukraine, et réaffirmé la nécessité de mettre en œuvre un cessez-le-feu immédiat", indique la présidence de la République. Le chef de l'État a également demandé l’arrêt des frappes contre les civils, de préserver les infrastructures civiles et la sécurisation des axes routiers en Ukraine. "Le Président Poutine a confirmé sa volonté de s’engager sur ces trois points", précise-t-on. "Le Président de la République a proposé au Président russe de rester en contact dans les jours qui viennent afin de prévenir l'aggravation de la situation. Le Président Poutine lui a donné son accord".

Le chef de l'État s'est également entretenu avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky, "à plusieurs reprises ces dernières heures". "Il a de nouveau salué le sens des responsabilités du Président ukrainien dans la perspective des négociations qui commencent et alors même que l’Ukraine est agressée par la Russie", précise l'Élysée.

14h43. La Suisse, historiquement neutre, annonce qu'elle reprend "intégralement" les sanctions de l'Union européenne contre la Russie.

14h32. La Russie interdit les compagnies aériennes de 36 pays dont la France, l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie et le Canada, suite aux sanctions prises par l'Union européenne ce dimanche, qui a interdit le survol du ciel européen aux avions russes.

13h27. Le ministre de l’Économie Bruno Le Maire a de son côté annoncé que l’intégralité des avoirs de la Banque centrale russe "a été gelée cette nuit". "Cela représente des sommes très significatives, en dizaines de milliards d'euros, qui entame largement les réserves de change de la banque centrale russe et sa capacité à financer le commerce russe en devise", a-t-il détaillé, ajoutant que "à la demande du président de la République, nous poursuivons le recensement complet des avoirs financiers, des biens immobiliers, des yachts, des véhicules de luxe qui appartiendraient aux personnalités russes sous sanctions européennes".

"Nous allons également identifier toutes les personnalités russes ayant des avoirs en France, qui pourraient être ajoutées à la liste de sanctions européennes en raison de leur proximité avec le pouvoir russe", a conclu Bruno Le Maire. "Nous nous doterons des moyens juridiques de saisir l'intégralité de ces biens".

13h20. Au terme du conseil de défense et de sécurité nationale, les ministres des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, et de l'Économie, Bruno Le Maire, ont tenu un point presse.Jean-Yves Le Drian a annoncé qu'il "existe une opportunité de quitter"Kiev pour les Français encore sur place. "Les Russes viennent d'indiquer que tous les civils peuvent quitter Kiev librement par une autoroute (...) donc nos compatriotes (...) peuvent décider de saisir cette opportunité de départ par la route". "Nous ne pourrons pas leur apporter d'assistance sur la route, ni garantir la totale sécurité sur le trajet, mais nous serons en mesure de leur apporter des informations régulières sur les points de passage", a-t-il ajouté.

12h38. Plus de 500 000 personnes venues d’Ukraine se sont réfugiées dans plusieurs pays limitrophes depuis le début de l'offensive militaire russe jeudi, a annoncé ce lundi le Haut Commissaire de l’ONU aux réfugiés Filippo Grandi, sur Twitter.

12h00. Les négociations ont débuté dans la région du Gomel, en Biélorussie, entre les délégations ukrainienne et russe.

11h56. Plus de 400 mercenaires russes du groupe Wagner, venus d'Afrique, auraient été envoyés en Ukraine avec pour mission d'assassiner le président ukrainien Volodymyr Zelensky selon le quotidien britannique The Times. Le groupe, proche du Kremlin, est financé par l'oligarque russe Evgueni Prigojine. En 2021, la BBC avait estimé à 10 000 le nombre de mercenaires à avoir combattu sous la bannière du groupe Wagner, au cours des sept dernières années.

11h20. "Le président est au Kremlin, il s'occupe de l'économie", annonce son porte-parole, Dmitri Peskov, "Les sanctions sont lourdes, elles posent problème (...) mais la Russie a tout le potentiel nécessaire pour compenser les dommages", a-t-il assuré.

10h37. Un nouveau conseil de défense et de sécurité nationale, présidé par Emmanuel Macron, débute à 11 heures à Paris.

Le point à 10h30. La présidence ukrainienne a annoncé ce lundi matin que sa délégation était arrivée en Biélorussie pour entamer des pourparlers avec la Russie. L'Ukraine réclame un cessez-le-feu "immédiat" et le retrait des troupes russes de son territoire. La Russie de son côté a annoncé vouloir trouver "un accord" avec Kiev, selon le négociateur russe et conseiller du Kremlin, Vladimir Medinski. "Nous nous sommes entendus pour arriver à un accord, mais il doit être dans l’intérêt des deux parties", a-t-il déclaré à la télévision russe.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a appelé ce lundi les soldats russes ayant envahi l'Ukraine à "déposer les armes", dans une vidéo diffusée juste avant des négociations avec Moscou lors desquelles Kiev réclame le retrait des forces russes. "Déposez vos armes, partez d'ici, ne croyez pas vos commandants, ne croyez pas vos propagandistes. Sauvez vos vies, tout simplement", a-t-il lancé, en russe.

L'ONU a affirmé ce lundi avoir recensé 102 civils tués, dont 7 enfants, et 304 blessés, depuis le début de l'invasion russe en Ukraine, mais a prévenu que les chiffres réels "sont considérablement" plus élevés.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a demandé l'intégration de l'Ukraine à l'Union européenne "sans délai". "Nous nous adressons à l'UE en ce qui concerne une intégration sans délai de l'Ukraine via une nouvelle procédure spéciale", a-t-il réclamé dans une nouvelle vidéo. "Je suis sûr que c'est juste. Je suis sûr que c'est possible".

De nouvelles images montrant des immeubles détruits et de véritables scènes de guerre, notamment près de Kiev ou à Kharkiv, ont été publiées sur les réseaux sociaux ces dernières heures.

LES PLUS LUS