Le coronavirus se transmettrait aussi par l’air expiré selon des scientifiques, le port du masque pourrait se généraliser


Des résidents chinois portant des masques près du marché de Huanan, le 23 janvier 2020. (photo STR / EPA / Newscom / MaxPPP ©)

La doctrine concernant l’usage des masques pourrait évoluer en France mais également ailleurs dans le monde. Plusieurs études montrent en effet que le coronavirus se transmettrait en parlant, directement dans l’air.

Au début de la crise sanitaire du coronavirus, plusieurs gouvernements, notamment en France, ainsi que l’Organisation mondiale de la santé (OMS), ont insisté sur le fait que le port du masque devait rester réservé aux professionnels de santé qui sont au contact des malades, tout en expliquant que les gestes barrières étaient suffisants. Cette doctrine est en pleine phase d’évolution et pourrait bientôt être très différente.

« La grosse erreur aux États-Unis et en Europe, à mon avis, c’est que les gens ne portent pas de masques », a déclaré Gao Fu, le chef du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies, le 27 mars dernier au magazine Science. L’avenir pourrait lui donner raison.

« Le port généralisé d’un masque par la population constituerait une addition logique »

L’Académie nationale de médecine à Paris a en effet recommandé ce vendredi le port généralisé du masque, même pour des modèles moins perfectionnés que celui des soignants qui sont des FFP2 ou des masques chirurgicaux. « Il est établi que des personnes en période d’incubation ou en état de portage asymptomatique excrètent le virus et entretiennent la transmission de l’infection. En France, dans ce contexte, le port généralisé d’un masque par la population constituerait une addition logique aux mesures barrières actuellement en vigueur », détaille l’Académie.

Le directeur général de la Santé Jérôme Salomon a lui aussi réagi sur cette question le soir même, disant encourager le grand public « s’il le souhaite, à porter (…) ces masques alternatifs qui sont en cours de production ». Il s’agit de masques souvent en tissu, qui permettent de limiter les postillons. « Ils sont en train d’être produits. L’objectif est d’en produire plus de 5 millions par semaine », a précisé le Premier ministre Édouard Philippe lors de son audition à l’Assemblée nationale.


2 milliards de masques commandés à la Chine

Ce samedi, le ministre de la Santé Olivier Véran a indiqué lors d’une interview au média digital Brut, que la France avait commandé 2 milliards de masques à la Chine. « Sur les masques que nous avons commandés en Chine, on doit être pas loin des deux milliards, et on continue de passer des commandes », a-t-il déclaré.

Une volte-face et des propos donc très différents de ceux que le gouvernement s’est efforcé de répéter ces dernières semaines, notamment par l’intermédiaire de sa porte-parole, Sibeth Ndiaye. Pour de nombreux observateurs, cette position d’inviter les habitants à ne pas porter de masques, qui a aussi été prise par d’autres gouvernements, était liée à la pénurie de masques dans le monde mais aussi dans le but d’éviter des afflux de citoyens dans les pharmacies, et des scènes de panique.

« Le virus peut en réalité se transmettre quand les gens ne font que parler »

Les premiers résultats d’études scientifiques préliminaires rassemblées par les Académies américaines des sciences ont montré que le Covid-19 se transmettrait via l’air expiré, par les gens, et pas uniquement par les gouttelettes projetées lors d’un éternuement directement sur le visage d’autres personnes ou sur des surfaces.

Interrogé ce vendredi par la chaîne américaine Fox News, le docteur Anthony Fauci, directeur de l’Institut national des maladies infectieuses et conseiller de Donald Trump sur l’épidémie, a estimé que « le virus peut en réalité se transmettre quand les gens ne font que parler, plutôt que seulement lorsqu’ils éternuent ou toussent ». Par ailleurs, des chercheurs de l’université de l’État du Nebraska ont découvert des portions du code génétique du virus (ARN) dans l’air de chambres où étaient isolés des patients.

Autre étude allant dans ce sens à Wuhan (Chine), le berceau de la pandémie, où des chercheurs ont découvert des concentrations élevées du Covid-19 dans des échantillons d’air prélevés dans diverses pièces d’hôpitaux de la ville, comme les toilettes ou des salles où les soignants retiraient leurs équipements de protection.

Dans une lettre consultée par le magasine Science, Harvey Fineberg, membre de l’Académie nationale des sciences américaine, indique que l’ensemble de ces études récentes qui n’apportent pas encore de preuve définitive, semblent « confirmer l’hypothèse de l’aérosolisation du virus lors de la respiration ».

Ces résultats pourraient permettre de comprendre pourquoi le Covid-19 est particulièrement contagieux. Les personnes contaminées qui ne présentent pas de symptômes seraient donc également des sources de nouveaux cas, à leur insu.

1500 morts supplémentaires en quelques heures aux États-Unis

La doctrine est également en train d’évoluer aux États-Unis où le bilan du coronavirus progresse rapidement, de façon meurtrière. Entre jeudi et vendredi soir, près de 1500 patients ont perdu la vie dans le pays selon Johns Hopkins.

Le bilan total dans le pays est actuellement de 7163 morts et près de 280 000 cas. Les américains se préparent au pire et ont installé des hôpitaux de campagne à Miami (Floride) et à Los Angeles (Californie) notamment. Le navire-hôpital Comfort, d’une capacité de 1000 lits et arrivé ce lundi à New York, dont l’État est le plus durement touché à l’heure actuelle.

Donald Trump change de discours

Lors d’une conférence de presse ce vendredi, Donald Trump, a appelé ses concitoyens à se couvrir le visage à l’extérieur, ajoutant qu’il ne s’agissait « que de recommandations » que lui-même ne suivrait pas. Les autorités sanitaires ont de leur côté appelé la population à se couvrir le visage avec des masques artisanaux, des foulards ou des bandanas, pour réserver les masques médicaux aux soignants, alors que la pénurie touche également les États-Unis.

Quelques heures avant, le maire de New-York avait fait la même recommandation pour les habitants de sa ville et ce, dès qu’ils sortent de chez eux.


Le port du masque imposé dans plusieurs pays d’Europe

Plusieurs pays d’Europe de l’est ont également décidé d’imposer le port du masque. C’est notamment le cas de la République Tchèque et de la Slovénie. En Autriche, il est obligatoire d’en avoir un dans les supermarchés. Du côté de l’Allemagne, l’Institut Robert-Koch, l’établissement de référence en santé publique, a invité les habitants à porter des masques.