Le légionnaire jugé pour la mort de son agresseur à la gare du Nord a été acquitté


Illustration. (Shutterstock)

L’homme, qui a finalement trouvé la mort par son propre couteau, avait pris contact avec le légionnaire pour lui proposer de la drogue.

Depuis mardi, Brahim A., un ex-légionnaire du 1er Régiment Etranger du Génie (1er REG) de 32 ans, comparaissait libre devant la Cour d’Assises de Paris pour « violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner ». L’ex-militaire a finalement été acquitté. Les faits remontent au mois de mai 2014, et s’étaient déroulés aux abords de la Gare du Nord à Paris.

Le dealeur sort un couteau

Brahim A., alors âgé de 27 ans, était en compagnie de sa petite-amie lorsque Khaled C., 28 ans, s’était présenté à eux pour leur vendre de la drogue. Face au refus du militaire, l’homme aurait insisté, avant de brandir un couteau.

L’agresseur avait porté un premier coup de couteau papillon au légionnaire, lui transperçant la main gauche avec sa lame de 9 cm. La victime avait alors désarmé Khaled C. et s’était positionnée en garde, couteau à la main, recevant des coups. L’agresseur avait fini par mourir de sept plaies provenant de son propre couteau. L’une d’entre elles, au niveau de la cuisse, s’est avérée mortelle, son artère fémorale ayant été sectionnée.

L’agresseur s’est blessé mortellement lui-même

Le légionnaire a toujours nié avoir porté des coups de couteau à son agresseur, qui était alors ivre et sous l’emprise du cannabis. Il soutenait que Khaled C. s’était blessé lui-même, en lui assenant des coups de genoux, relate Le Figaro.


Lors du procès qui vient de dérouler, l’Avocate générale a requis 5 ans de prison avec sursis, estimant que le militaire avait perdu le contrôle. Au terme de quatre jours de débats, la Cour ne l’a pas suivie. Brahim A., qui a quitté l’armée il y a plus d’un an, a été acquitté. Le parquet général a dix jours pour faire appel de cette décision.