Le Mans : Un bébé battu à mort, son père de 27 ans mis en examen et écroué

Illustration. (Jose Hernandez/Camera 51/shutterstock)

INFO ACTU17. Un homme de 27 ans soupçonné d’avoir tué son bébé de 13 mois a été placé en garde à vue au Mans (Sarthe). L’enfant avait été pris en charge par les secours dans la rue ce mardi, alors qu’il était inconscient dans sa poussette. L’autopsie a montré qu’il avait subi des actes d’une grande violence. Son père a été mis en examen et écroué.

Les sapeurs-pompiers du Mans ont été alertés vers 16h30 mardi. Un homme cherchait de l’aide dans la rue car son bébé installé dans une poussette, était inconscient. Les secouristes sont rapidement arrivés sur place, rue Pasteur, et ont constaté que l’enfant était en fait en arrêt cardio-respiratoire. Il a été transporté d’urgence à l’hôpital par les médecins du SMUR mais a été déclaré mort peu après, à 17h10 selon une source proche du dossier.

Les policiers ont interrogé le père, un ressortissant soudanais de 27 ans en situation régulière en France. « Il a affirmé qu’il ne savait pas ce qui était arrivé à son fils », indique cette source. Des constatations ont été effectuées dans l’appartement où il vit. La famille de cet homme faisait l’objet d’un suivi socio-judiciaire qui avait été initié à Nantes (Loire-Atlantique), où elle résidait depuis son arrivée en France, jusqu’en juin dernier. Le tribunal des enfants du Mans avait ensuite décidé une mesure d’assistance éducative en milieu
ouvert, mi-juin.

Déjà hospitalisé pour des fractures

L’autopsie du petit garçon, pratiquée ce mercredi, a révélé le pire. « Le corps présentait des côtes brisées et des organes perforés, des traces de blessures plus anciennes ont également été mises au jour », décrit cette source. L’enfant aurait déjà été hospitalisé à plusieurs reprises, notamment pour des fractures.

Le père de famille a été interpellé et placé en garde à vue ce mercredi après-midi. Il était jusqu’ici inconnu des services de police. Déféré ce jeudi, il a été mis en examen pour « homicide volontaire sur mineur de moins de 15 ans et violences habituelles sur mineur » avant d’être placé en détention provisoire, a annoncé le parquet. L’homme risque la réclusion criminelle à perpétuité. Les enquêteurs de la sûreté départementale sont en charge des investigations.