Loire : Libéré de prison en raison du coronavirus, il crache sur les policiers et y retourne


Illustration. (PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPPP)

Le détenu avait pourtant bénéficié d’une libération anticipée en raison de la pandémie de Covid-19. Il n’en aura pas profité longtemps.


Moins de trois semaines ont suffit pour que ce détenu, âgé de 49 ans, retourne derrière les barreaux. Il avait été libéré le 31 mars alors qu’il lui restait un mois et 17 jours à purger pour un vol aggravé, mais il n’a pas saisi l’opportunité qui lui a été offerte par la justice.

Déjà condamné 46 fois

Une condamnation de plus vient s’ajouter à son palmarès déjà impressionnant de 46 mentions à son casier judiciaire, relate Le Progrès. Cette fois-ci, il a été condamné pour « violences volontaires sur personnes dépositaires de l’autorité publique, en récidive » et « outrage en récidive ».

Lundi dernier, des policiers municipaux ont contrôlé le quadragénaire qui errait ivre dans les rues de Saint-Étienne (Loire). Dépourvu d’attestation de déplacement dérogatoire et alors qu’il faisait l’objet d’une assignation à résidence, il a été interpellé et conduit jusqu’au commissariat de police. Durant son transport, le mis en cause a craché sur les fonctionnaires.

Il menace les policiers de leur transmettre le VIH

Arrivé au commissariat, c’est aux policiers nationaux qu’il s’en est pris et leur a craché dessus à leur tour, tout en les menaçant de leur transmettre le VIH. Après vérifications, il s’est avéré que le suspect avait été déjà verbalisé pour non-respect des mesures de confinement le 13 avril.


Au terme de sa garde à vue, le quadragénaire a fait l’objet d’une comparution immédiate. Il a été condamné à une peine de 18 mois de prison ferme, à laquelle vient s’ajouter un reliquat d’un mois et 17 jours de prison. Le condamné a été incarcéré à la prison à La Talaudière.