Loiret : Un patient de l’infirmière poignardée à mort a été tué et amputé des mains


Illustration. (Shutterstock)

Quelques heures après la découverte du corps de Karine Foucher, 42 ans, poignardée à mort, le cadavre d’un homme de 84 ans a été retrouvé à son domicile dans le Loiret. Les deux homicides sont liés a indiqué le procureur de la République lors d’une conférence de presse.

L’enquête a débuté par une macabre découverte. Vers 7h45 ce lundi matin, des passants ont découvert le corps de Karine Foucher, une infirmière libérale, au bord d’une route à Pannes (Loiret). Cette dernière avait été poignardée à plusieurs reprises au thorax, au cou et au visage a précisé Nicolas Bessone, le procureur de la République cité par France 3. En outre, les mains de la victime étaient attachées avec du câble téléphonique.

L’autopsie de la victime qui était âgée de 42 ans, a confirmé que son décès était bien lié au coups à l’arme blanche qu’elle avait reçus. Au moment de sa mort, Karine Foucher effectuait sa tournée habituelle qui commençait à 6 heures le matin.

Sa voiture qui n’a pas été retrouvée immédiatement par les gendarmes, a finalement été localisée dans l’après-midi ce lundi, non loin du lieu de cette macabre découverte. A l’intérieur, les enquêteurs ont constaté que des traces de sang étaient présentes. Des analyses sont actuellement en cours.

L’un de ses patients de 84 ans tué à son domicile et amputé des mains

Les enquêteurs de la section de recherche de la gendarmerie d’Orléans ont ensuite appris qu’un homme de 84 ans, Jacques Samson, habitant à Chalette-sur-Loing, était signalé disparu. Ses voisins étaient en effet étonnés de ne pas le voir ce lundi matin. Les gendarmes de Montargis se sont alors rendus à son domicile, situé à environ 2 km de Pannes.


Le cadavre de l’octogénaire était disposé en travers de son lit, sous plusieurs couvertures. Les enquêteurs ont constaté que la victime avait été amputée de ses deux mains. Des membres qui n’avaient toujours pas été retrouvés ce mardi au moment de la conférence de presse. L’homme est décédé des suites des coups de poing qu’il a reçus à la tête selon l’autopsie.

Toutes les pistes sont étudiées

Jacques Samson était l’un des premiers patients dont Karine Foucher devait venir s’occuper ce lundi matin. Reste à déterminer ce qu’il s’est exactement passé. Qui a tué ces deux personnes et pourquoi ? Karine Foucher a-t-elle surpris le ou les auteurs en pleine action ? Les motivations du ou des auteurs restent également à définir.

Toutes les pistes sont étudiées à ce stade des investigations a précisé le procureur de la République. Le ou les auteurs ont fouillé la maison de l’octogénaire a aussi indiqué le magistrat.

De plus, un chouchou ainsi qu’une pince à cheveux cassée appartenant à Karine Foucher, ont été retrouvés dans le domicile de l’octogénaire. Selon les premiers éléments de l’enquête, l’infirmière de 42 ans n’a pas été tuée dans la maison de cet homme et a été embarquée dans son véhicule, un 4×4 Tiguan.

« Depuis l’annonce de son décès, on n’arrive pas à réaliser »

Karine Foucher était la présidente départementale du Syndicat national des infirmières et infirmiers libéraux (SNII). Elle était mariée et avait deux enfants. Sa mort a provoqué une immense tristesse chez ses collègues et ses patients.

« Elle était dévouée, d’une grande gentillesse, très investie. Elle mouillait la chemise tous les jours pour la profession. Depuis l’annonce de son décès, on n’arrive pas à réaliser », a déclaré Catherine Kirnidis, la présidente nationale du SNII, au quotidien La République du Centre.

Une cellule psychologique a été mise en place au Centre hospitalier de l’agglomération montargoise pour les infirmiers et infirmières libéraux.