Mexique : Attaqués de toutes parts à l’arme lourde, les policiers sont contraints de libérer le fils d’«El Chapo»


La ville de Culiacan au Mexique a été mise à feu et à sang par le cartel de Sinaloa, venu libérer le fils d’El Chapo Guzman. (captures vidéos Twitter)

L’arrestation du fils du narcotrafiquant Joaquin « El Chapo » Guzman a plongé toute une ville dans le chaos. De nombreux observateurs la qualifient de « zone de guerre ».

Ce vendredi, les autorités mexicaines ont renoncé à arrêter le fils de Joaquin « El Chapo » Guzman face à la terreur et au chaos semés par le cartel de Sinaloa.

Le ministre mexicain de la défense, Luis Crescencui Sandoval, a évoqué une « opération mal préparée » menée par une trentaine de policiers. Ces derniers ont interpellé le chef du cartel, Ovidio Guzman Lopez, après l’attaque d’une patrouille de la garde nationale à Culiacan, dans l’État du Sinaloa au Mexique.

Les forces armées attaquées

Véhicules équipés de tourelle, lance-roquettes, snipers… Les policiers et les militaires déployés ont été attaqués par de très nombreux assaillants lourdement armés.

« Nos hommes sur place ont agi de manière précipitée, n’ont pas attendu l’ordre de perquisitionner et ont commencé à essuyer des coups de feu », a déclaré le ministre. Les policiers ont rapidement été encerclés par des dizaines d’assaillants au visage dissimulé et munis d’armes lourdes, relate Le Monde.


La ville de Culiacan a immédiatement été plongée dans le chaos : explosions, véhicules incendiés, fusillades. De nombreux civils ont fui cette ville de 750 000 habitants, abandonnant leurs habitations et leurs véhicules. Huit personnes ont été tuées dans cette attaque.

Les narcotrafiquants obtiennent libération de leur chef

Le secrétaire d’Etat à la sécurité et la protection des citoyens, Alfonso Durazo, a affirmé que « la décision a été prise de quitter les lieux sans Guzman, pour éviter plus de violence dans la zone et s’assurer que le calme revienne dans la ville ».


Le cartel de Sinaloa est divisé entre les fils d’« El Chapo » d’un côté, et Ismael « El Mayo » Zambada, l’un des fondateurs de l’organisation, de l’autre. Joaquin « El Chapo » Guzman a écopé de la réclusion à perpétuité en juillet dernier aux Etats-Unis. Il est considéré comme le narcotrafiquant le plus puissant au monde.