Montauban : 3 migrants mis en examen et écroués pour l’agression d’une femme de 71 ans et son fils handicapé


Illustration Actu17 ©

Trois migrants, originaires du Maroc et d’Algérie, sont poursuivis pour avoir notamment menacé avec un tournevis sous la gorge et une griffe de jardin, une femme de 71 ans et son fils handicapé de 47 ans à leur domicile.


Vendredi matin, la police a interpellé trois migrants sans domicile fixe, âgés de 15 à 25 ans, alors qu’ils s’étaient assoupis dans une maison du quartier de l’aérodrome à Montauban (Tarn-et-Garonne). Ils y étaient entrés par effraction, relate La Dépêche. Les fonctionnaires ont mis fin à leurs méfaits, et ont pu les relier à un vol à main armée et plusieurs cambriolages.

Un vol à main armée à domicile

Durant leur garde à vue, les enquêteurs ont déterminé que le trio avait agressé une femme de 71 ans et son fils handicapé de 47 ans à leur domicile, mercredi. Les trois hommes avaient vraisemblablement voulu y entrer en pensant qu’il n’était pas occupé.

Confrontés aux deux habitants, ils les avaient menacés avec un tournevis sous la gorge et une griffe de jardinier trouvés sur place. Le trio en avait profité pour faire main basse sur leurs biens de valeur avant de prendre la fuite, laissant les victimes sous le choc. Ils ont été interpellés deux jours plus tard, dans un autre logement.

Au moins l’un d’entre eux déjà connu de la justice

Les trois hommes sont originaires du Maroc et d’Algérie. Ils auraient passé clandestinement le détroit de Gibraltar et traversé l’Espagne avant d’arriver en France, relate le quotidien.


L’un d’eux a déjà eu affaire à la justice pour des cambriolages commis durant le mois de mars en Haute-Garonne. L’adolescent âgé de 15 ans est soupçonné d’autres méfaits commis en région parisienne, se trouverait sur le territoire national depuis seulement deux mois. Le troisième, qui a obtenu le droit d’asile aux Pays-Bas, a affirmé avoir rencontré ses complices récemment dans un squat de Montauban.

Mis en examen et placés en détention provisoire

L’avocat des mis en cause a souligné leur grande précarité, faisant par ailleurs état d’un possible cas de gale concernant l’un d’entre eux. Leurs auditions, qui se sont déroulées avec un interprète en langue Arabe, n’ont pas permis de déterminer le rôle de chacun.

Une information judiciaire a été ouverte pour faire la lumière sur les circonstances exactes des faits. La justice les poursuit pour vol à main armée et deux cambriolages en réunion. Les majeurs devront également s’expliquer sur le fait d’avoir livré de fausses identités aux policiers, et pour avoir refusé de se laisser prendre ses empreintes papillaires concernant l’un d’eux.

Ce dimanche, l’adolescent a été incarcéré à l’établissement pénitentiaire pour mineurs (EPM) de Lavaur, ses complices ont été écroués dans les maisons d’arrêt de Beausoleil et de Seysses.