Nancy : Recherché par la justice, il tente d’échapper aux policiers et meurt noyé dans la Meurthe

Illustration. (photo Rémy Perrin/PhotoPQR/Maxppp)

Un homme âgé de 30 ans est mort noyé dans la Meurthe à Nancy (Meurthe-et-Moselle) dans la nuit de dimanche à lundi, en voulant échapper aux forces de l’ordre. Le trentenaire était recherché par la justice après ne pas avoir réintégré sa prison, en juillet dernier.

Il se savait recherché et a tenté de s’enfuir. Les policiers de la brigade de nuit ont repéré un homme faisant l’objet d’un mandat d’arrêt vers 23 heures, sur la commune de Saint-Max, voisine de Nancy, d’après nos informations, confirmant celles de L’Est Républicain. Le suspect, un homme de 30 ans, passager d’une voiture, a échangé un sac avec un autre automobiliste. Il est remonté dans la voiture puis son chauffeur a démarré.

Les policiers l’ont suivi et ont procédé au contrôle du véhicule qui venait de s’arrêter à un feu rouge. Le suspect a d’abord donné une fausse identité, avant de partir en courant vers la Meurthe. Les forces de l’ordre l’ont perdu de vue avant de le localiser dans le fleuve, en difficulté. L’un des policiers était sur le point de se jeter à l’eau pour lui venir en aide lorsqu’il a coulé.

Le corps du trentenaire a été repêché par les plongeurs des sapeurs-pompiers à trois mètres de fond. Il est décédé malgré les tentatives de réanimation. Une enquête en recherche des causes de la mort a été ouverte et confiée à a direction territoriale de la police judiciaire (DTPJ) de Nancy. Une autopsie va également être pratiquée.

Emprisonné pour huit condamnations

Le défunt était bien connu de la justice puisqu’il était en cavale depuis le 11 juillet. Il n’avait en effet pas regagné le centre de détention de Saint-Mihiel (Lorraine) suite à une permission de sortie a détaillé le procureur de la République de Nancy. L’homme était en train de purger huit condamnations pour des faits de violences aggravées et des délits routiers. Il avait précédemment été condamné pour trafic de stupéfiants, en 2014.

Le syndicat Unité SGP Police FO du département a fait part de son « total soutien » à ses « collègues intervenants de roulement de nuit ».