Nantes : Après 7 ans de travail sans relâche, un policier permet l’interpellation d’un violeur en série


Illustration. (Shutterstock)

Un homme est soupçonné d’avoir agressé sexuellement et d’avoir violé une vingtaine de femmes entre 2006 et 2016. Sept années de travail acharné ont été nécessaire à un policier pour identifier un suspect, qui a été interpellé.

Sa détermination et son travail incessant ont payé. Sept années après le début de ses investigations, un homme a été arrêté en novembre 2018. L’affaire avait débuté en 2012 lorsque deux jeunes filles avaient été agressées sexuellement à Nantes (Loire-Atlantique). Trois autres jeunes femmes ont à leur tour été agressées un an plus tard.

Les policiers ont alors décidé de se pencher sur ces faits et ont fait le rapprochement avec six affaires différentes, dont un viol, dans la même période.

A chaque fois, l’agresseur agissait avec le même mode opératoire. « Il tournait avec sa voiture pendant la nuit et repérait des jeunes femmes. Il pouvait faire jusqu’à 50 km à la recherche d’une proie » raconte le brigadier en charge de cette enquête, cité par France Bleu. L’homme stationnait sa voiture à proximité et attaquait ses victimes par derrière.

Un début d’identification grâce à l’ADN

Les investigations des enquêteurs ont permis de déterminer le prénom et l’âge approximatif de l’agresseur, entre 35 et 45 ans, mais également de récupérer son ADN. Les policiers ont su aussi que le mis en cause était mécanicien, qu’il vivait près de Rennes et qu’il avait le prénom de sa concubine tatoué sur le bras.


Le brigadier en charge du dossier a alors décidé d’appeler plus de cent femmes portant ce prénom en Loire-Atlantique et en Ille-et-Vilaine, leur demandant si la description du suspect leur rappelait quelqu’un. Une démarche qui n’a pas porté ses fruits.

L’enquêteur s’est ensuite penché sur les listes des candidats aux BAC Pro, CAP et BEP de mécanicien automobile des années 1990. Il a de nouveau essuyé un échec.

743 résultats a exploiter

« Certains collègues n’y croyaient plus, moi aussi de moins en moins » explique-t-il à ce même média. Malgré l’absence de résultats, le policier a poursuivi ses efforts et a choisi de consulter le fichier national des ADN, à la recherche d’un lien de parenté. 743 profils génétiques ont été récoltés.

« Ça m’a mis du baume au cœur, explique le brigadier. Mais ça m’a aussi redonné beaucoup de boulot » raconte l’enquêteur qui a fini par identifier un homme âgé d’une quarantaine d’années, correspondant aux descriptions faites par les victimes.

« Je travaille pour les victimes »

L’auteur présumé a été interpellé en novembre 2018 à Chateaubriant (Loire-Atlantique). Lors de sa garde à vue, l’homme a reconnu les faits et en a avoué d’autres. Ce dernier aurait commis au total une vingtaine d’agressions sexuelles et de viols, depuis 2006. Certains faits sont toutefois prescrits.

Le suspect a été de nouveau entendu la semaine passée et l’enquête se poursuit. Il sera déféré ce mercredi devant un juge d’instruction et restera en détention provisoire à l’issue. « Je travaille pour les victimes » a ajouté le policier en charge du dossier.