Neuilly-sur-Marne : Les policiers agressés par une centaine d’individus lors d’une interpellation


Illustration Actu17 ©

Les policiers sont intervenus pour mettre fin à un rodéo sauvage à motocross à Neuilly-sur-Marne (Seine-Saint-Denis) ce dimanche soir. Ils ont interpellé un homme avant d’être violemment pris à partie par une centaine d’individus qui les ont caillassés et ont utilisé des mortiers d’artifice à leur encontre.

Soirée de violences urbaines pour les policiers de la Seine-Saint-Denis ce dimanche soir. L’affaire a débuté vers 20 heures lorsqu’un équipage à moto de la compagnie de sécurisation et d’intervention du département (CSI 93) a repéré un individu à motocross qui se livrait à du rodéo sauvage dans la cité des Fauvettes, à Neuilly-sur-Marne.

L’homme a refusé de s’arrêter mais a fini par être rattrapé. Il a été interpellé et son deux-roues a été saisi. Une intervention qui n’a pas été du goût de plusieurs dizaines de jeunes individus du quartier, qui ont alors agressé les forces de l’ordre. Les policiers ont été visés par de nombreux jets de pierres et des tirs de mortiers d’artifice.

Des conteneurs poubelles incendiés au milieu de la route

Des renforts ont été demandés et plusieurs équipages de la CSI 93 ainsi que des brigades anticriminalité (BAC) du département, entre autres, ont convergé sur place. Dans le même temps, les agresseurs ont installé des barricades avec des conteneurs poubelles qu’ils ont incendiés au milieu de la route. Les sapeurs-pompiers n’ont pas été en mesure d’intervenir dans l’immédiat étant donné la dangerosité et le nombre d’individus hostiles, une centaine selon des sources policières.

Les forces de l’ordre ont riposté par une dizaine de grenades lacrymogènes et autant de tirs de lanceurs de balle de défense (LBD). L’un des agresseurs présumés a pu être interpellé. Il a été placé en garde à vue, tout comme l’individu arrêté sur la motocross.

Deux policiers blessés

Durant les violences urbaines, deux policiers ont été blessés, dont l’un par un tir de mortier d’artifice à une jambe. Ils ont été conduits à l’hôpital mais leur état n’inspire pas d’inquiétude. Une voiture de police a également été légèrement endommagée par les projectiles. Le calme est revenu vers 22 heures. L’enquête a été confiée au commissariat de la ville.