Nogent-sur-Oise : Une patrouille de police attaquée par une quarantaine d’individus


Illustration © Actu17

Plusieurs dizaines d’individus s’en sont pris aux policiers ce dimanche soir à Nogent-sur-Oise (Oise), ces derniers se sont défendus par des moyens lacrymogènes et avec leur lanceur de balles de défense (LBD 40).


INFO ACTU17. La soirée de dimanche a été chargée pour les policiers qui ont été confrontés à des violences urbaines à Nogent-sur-Oise, une commune de 20 000 habitants située dans la zone de sécurité prioritaire (ZSP) de Creil.

Vers 20h30, les sapeurs-pompiers ont prévenu les forces de l’ordre qu’ils se rendaient dans le quartier des Rochers, anciennement appelé la Commanderie, pour un feu de véhicule. Par précaution, le quartier étant sensible, un équipage de la brigade anticriminalité (BAC) s’est rapproché des soldats du feu.

Caillassés par une quarantaine d’individus au visage dissimulé

Les policiers ont alors été attaqués par une quarantaine d’individus au visage dissimulé et habillés en noir, qui les ont caillassés, venant directement à leur contact selon une source policière. Face à cette situation, les forces ont riposté par 5 tirs de LBD ainsi qu’avec une dizaine de grenades lacrymogènes. Ils ont ensuite quitté les lieux et des renforts ont été demandés.

Un guet-apens préparé

Peu après 21 heures, les policiers ont reçu l’appel d’un témoin qui leur a expliqué qu’il venait de voir un groupe d’une quarantaine d’individus préparant des projectiles et des cocktails Molotov, dans le secteur où les policiers de la BAC venaient d’être attaqués. Un second appel a indiqué aux forces de l’ordre qu’un container poubelle était en feu dans la rue de la Liberté, dans ce même quartier.


Comprenant qu’un guet-apens avait été préparé, ni les policiers ni les pompiers ne se sont rendus sur place, d’autant que l’incendie de ce container ne pouvait pas se propager à des habitations ou des véhicules. Peu après, l’incendie a été éteint et les individus qui attendaient l’arrivée des secours et des forces de l’ordre pour s’en prendre à eux, ont finalement pris la fuite.

Personne n’a été blessé durant les faits et aucun des agresseurs n’a pu être interpellé au cours des violences. Une enquête a été ouverte et confiée au commissariat de Creil.