Police qui «tue» la population : Gérald Darmanin demande des comptes à la maire de Cachan après les propos d’un élu LFI


Dominique Lanoë, adjoint LFI au maire de Cachan (Val-de-Marne), a tenu des propos choquants au sujet de la police, lors d'un conseil municipal le 30 septembre dernier. (capture écran)

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a réagi dans une lettre adressée à la maire PS de Cachan (Val-de-Marne), Hélène de Comarmond, pour lui demander des comptes suite aux propos choquants d’un élu de La France insoumise (LFI), Dominique Lanoë, tenus le 30 septembre dernier lors d’un conseil municipal.

« Je croyais que le but de la police était de protéger la population et pas nécessairement de posséder des armes pour la tuer », a lâché l’adjoint au maire de Cachan, Dominique Lanoë, lors d’un conseil municipal le 30 septembre dernier. L’extrait a été diffusé sur les réseaux sociaux par l’opposition, provoquant la colère des syndicats de policiers notamment.

Sur cette vidéo, Pascal Castillon, conseiller municipal « Mieux vivre à Cachan » et policier municipal, décide de quitter la salle après avoir demandé des explications à Dominique Lanoë qui reste muet, tout comme la maire, Hélène de Comarmond. « Personne n’a dit ça », finit par tenter l’édile.

« Propos consternants, calomnieux et diffamatoires sur la Police Nationale de la part d’élus indignes de leurs mandats », a réagi le syndicat des commissaires de la police nationale (SCPN) sur Twitter. De son côté, le syndicat Alliance Police Nationale évoque un « dérapage incontrôlé » d’un élu LFI.

Des suites pourraient être apportées selon la réponse de la maire

Dans un courrier adressé à la maire de Cachan, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a lui aussi réagi rapporte CNews, et demande à l’édile Hélène de Comarmond, de « [lui] préciser dans quel contexte de telles déclarations ont pu être prononcées ». « Vous pouvez imaginer l’émoi [que ces propos] ont pu provoquer au sein des forces de l’ordre et au-delà, écrit Gérald Darmanin. Nous devons collectivement faire preuve d’intransigeance face à toutes les attaques portées contre les femmes et les hommes qui nous protègent », poursuit le ministre, qui ajoute que la réponse de la maire de Cachan « décidera des suites éventuelles [qu’il] donnera pour préserver l’honneur des forces de l’ordre ».

Selon Sébastien Trouillas, lui aussi conseiller municipal « Mieux vivre à Cachan », interrogé par la chaine d’informations, « en juin 2020, une conseillère municipale déléguée avait prétendu que la police était raciste, et elle était même allée jusqu’à dire que la France était raciste ».