Policier brûlé à Bonneuil-sur-Marne : les vidéos de l’attaque aux mortiers d’artifice


Les policiers de la BAC ont été attaqués aux mortiers d'artifice. (captures écran/DR)

Un équipage de police de la brigade anticriminalité (BAC) de Créteil a été attaqué par quelques dizaines d’individus à Bonneuil-sur-Marne (Val-de-Marne), ce dimanche soir vers 19 heures. Un fonctionnaire a été brûlé après un tir de mortier d’artifice à bout portant, et six suspects ont été interpellés. Des vidéos amateurs ont été publiées sur les réseaux sociaux.

Les images ne laissent aucun doute sur les intentions des agresseurs. Les faits se sont produits vers 19 heures, dans la rue des Clavizis à Bonneuil-sur-Marne. Dès l’arrivée de la voiture de la BAC, les policiers essuient des tirs de mortiers d’artifice puis sont encerclés par des dizaines d’individus. L’un des auteurs tire un nouveau mortier à bout portant, à l’intérieur du véhicule.

Rapidement, de la fumée blanche est visible dans l’habitacle, où il y a un début d’incendie. Les policiers sont contraints de sortir du véhicule. L’un d’entre eux a été brûlé au niveau du dos, au second degrés. Ce dernier a été conduit à l’hôpital et ses jours ne sont pas en danger. « Il a échappé au pire », rappelle une source policière. « Ce mortier d’artifice aurait pu exploser au niveau de son visage ou de sa nuque ». 15 jours d’Incapacité totale de travail (ITT) lui ont été attribués à ce stade.

Deux de ses collègues souffrent quant à eux de sévères acouphènes. Des renforts sont arrivés peu après et ont permis d’interpeller six suspects.

Des rodéos sauvages à moto

Les forces de l’ordre avaient été appelées pour des rodéos sauvages à moto. Sur d’autres images diffusées sur les réseaux sociaux, il est néanmoins possible de voir qu’un tournoi de boxe sauvage s’est déroulé à proximité du lieu de l’agression.

Un tournoi de boxe sauvage a eu lieu à proximité du lieu de l’agression. (image Snapchat)

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a réagi à cette affaire ce dimanche soir. « Tirer des mortiers contre des policiers, c’est vouloir les blesser ou les tuer. L’État répondra fermement à ces actes violents contre nos policiers », a-t-il prévenu.

« Les cris et les actes sauvages sont sans appel ! Cette vidéo confirme que ces voyous criminels veulent se faire du policier », s’exclame le syndicat indépendant des commissaires de police (SICP) sur Twitter. « Mutisme total de nos habituels contempteurs qui sont pourtant si prolixes pour nous couvrir de commentaires désobligeants et condescendants en permanence. Mais ils doivent encore trouver des excuses à ces sauvages », lance de son côté le syndicat de police Synergie-Officiers.