Policier tué à Avignon : quatre suspects en garde à vue et des perquisitions en cours


Un policier rendant hommage à Éric Masson, à Paris le 9 mai 2021. (photo Remy Buisine)

Quatre personnes, dont le tueur présumé, sont en garde à vue ce lundi matin dans l’enquête sur le meurtre d’Éric Masson, ce policier de 36 ans tué par balles à Avignon (Vaucluse), mercredi. Le point sur l’enquête.

Les policiers de la BRI de Marseille et de Montpellier ont interpellé deux individus au péage de Remoulins (Gard) sur l’autoroute A9 ce dimanche soir. Il s’agit du tueur présumé d’Éric Masson et de son complice qui étaient activement recherchés depuis mercredi soir. Le chauffeur de la voiture dans laquelle ils se trouvaient à lui aussi été interpellé au même moment et les trois suspects ont été placés en garde à vue. Le trio se dirigeait vers l’Espagne, sans que l’on connaisse sa destination finale à ce stade.

Interrogé ce matin par BFMTV, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a confirmé ces interpellations, ajoutant qu’une quatrième personne avait été interpellée. « Il y a eu quatre interpellations hier », a annoncé le ministre. « Tout nous laisse penser qu’ils sont directement liés à cet assassinat ignoble. (…) Ils sont Français, nés en France et manifestement trafiquants de drogue. Ils sont jeunes, ils ont moins de 30 ans. »

Le tireur présumé et son complice sont âgés d’une vingtaine d’années. Ils sont déjà connus de la police, notamment pour des faits liés aux stupéfiants. La quatrième personne interpellée et la sœur du suspect principal. Cette dernière pourrait avoir prêté sa voiture aux trois hommes selon Le Parisien. « Des moyens très importants, de police judiciaire, de police scientifique et technique et de la BRI (brigade de recherche et d’intervention) ont été mis en œuvre », a rappelé Gérald Darmanin. « Il aurait été insupportable que ces personnes puissent continuer à vivre en toute liberté », a-t-il insisté. « Je félicite la police nationale pour l’interpellation de deux suspects, quatre jours après cet assassinat ignoble. Ce crime ne doit en aucun cas rester impuni. »

Des perquisitions en cours

Aucune arme n’a été découverte dans la voiture des suspects dimanche soir mais ces derniers avaient de l’argent liquide selon une source proche du dossier. Cet argent devait-il servir à leur cavale ? Probablement. Des perquisitions sont en cours ce lundi matin à Avignon, chez les deux suspects principaux. Selon RTL, une cinquième personne a été interpellée et placée en garde à vue ce lundi matin.

La suite des investigations permettra de déterminer si le tueur et son complice ont bénéficié d’une aide, notamment logistique, pour se dissimuler, mais également comprendre dans quelles conditions le meurtrier a tué Éric Masson et avec quelles motivations.

Un hommage mardi

Ce père de deux filles, âgé de 36 ans, venait de surprendre une transaction de stupéfiants lorsqu’il a été tué de deux balles, provoquant une vive onde de choc dans les rangs des forces de l’ordre mais également chez les Français. Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées devant le commissariat d’Avignon ce dimanche après-midi, pour rendre hommage au policier. Quelques heures plus tard, à Paris, une centaine de policiers en ont fait autant devant le commissariat du VIIIe arrondissement.

Un hommage sera également rendu à Éric Masson ce mardi après-midi, à Avignon. Une cérémonie qui sera présidée par le Premier ministre Jean Castex et le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin. Par ailleurs, les syndicats de police ont organisé une « marche citoyenne » le 19 mai prochain à Paris.