Sevran : Un policier suspendu après la diffusion d’une vidéo montrant une interpellation


L'IGPN a ouvert une enquête administrative après l'interpellation d'un homme à Sevran ce mercredi. (captures écran vidéo Twitter)

Un homme âgé de 34 ans a été interpellé à Sevran (Seine-Seine-Denis) ce mercredi en fin d’après-midi. Une arrestation qui a été filmée et dont les images ont été diffusées sur les réseaux sociaux. La préfecture de police a annoncé la « suspension immédiate » du fonctionnaire de police à l’origine de cette interpellation.

L’affaire a pris de l’ampleur en seulement quelques heures. Au lendemain, d’interpellation d’un homme, Lamine Ba, 34 ans, employé municipal connu dans le quartier des Beaudottes à Sevran, la préfecture de police de Paris a diffusé un communiqué.

Un témoin a filmé le moment où cet employé municipal, qui est un médiateur, est interpellé, sur l’avenue Youri-Gagarin, peu avant 18h30. Au début de cette vidéo, il se trouve face à face avec un policier. Des mots sont échangés. Le fonctionnaire tente alors de le maîtriser en lui saisissant les jambes, mais n’y parvient pas. Un corps à corps s’engage et l’homme saisit le policier par le cou, comme pour pratiquer un étranglement.

Maîtrisé à l’aide d’un Taser

Les deux hommes échangent des coups de poing alors que plusieurs personnes se trouvent à proximité. Les autres policiers de l’équipage s’approchent alors de Lamine Ba, qui est  alors maîtrisé à l’aide d’un pistolet à impulsions électriques (Taser) et amené au sol. Ce dernier a ensuite été conduit au commissariat où il a été placé en garde à vue.

Les policiers intervenants ont expliqué qu’ils s’étaient rendus sur les lieux, connus pour être un point de deal, suite à un appel, car plusieurs véhicules étaient stationnés de façon irrégulière, gênant la circulation. A leur arrivée, ils ont été pris à partie verbalement par plusieurs individus, dont l’un qui les a insultés nous indique une source policière. Il s’agissait de Lamine Ba.


Une plainte pour outrage

Les fonctionnaires ont expliqué avoir voulu procéder au contrôle de ce dernier, mais que l’homme a refusé de s’y soumettre, se montrant hostile à leur présence.

Face à ce refus, la situation s’est envenimée et le policier a décidé d’interpeller le mis en cause en tentant dans un premier temps de lui saisir les jambes, en vain. L’un des fonctionnaires a déposé plainte pour outrage.

L’IGPN saisie

Dans un communiqué diffusé à 19h02 ce jeudi soir, la préfecture de police de Paris évoque « l’interpellation, pour outrage, d’un individu sur la voie publique ». « Une vidéo largement relayée sur les réseaux sociaux, montre cette intervention de Police », peut-on lire.

« Afin d’établir les circonstances exactes de cette interpellation, le préfet de Police Didier Lallement a demandé la saisine administrative de l’Inspection Générale de la Police Nationale et ordonné la suspension immédiate du fonctionnaire de Police primo intervenant ». En outre, la préfecture annonce aussi que le parquet a été saisi de cette affaire et que les éléments lui ont été transmis, « pour appréciation ».

Le policier a appris sa suspension sur les réseaux sociaux

Une décision de suspendre le policier concerné que Gregory Goupil, secrétaire régional du syndicat Alliance Police Nationale, a apprise avec stupeur. Ce dernier nous explique que le fonctionnaire en question a découvert cette mesure administrative à son encontre, sur les réseaux sociaux.

« Il est inadmissible de déshumaniser à ce point la relation entre les effectifs de police et l’administration, au point d’apprendre une suspension par l’intermédiaire d’un tweet », nous explique ce responsable syndical. « Malheureusement, la vidéo que nous voyons sur les réseaux sociaux n’est que le reflet du quotidien des policiers de Seine-Saint-Denis, qui sont sans cesse outragés et pris à partie », ajoute-t-il. « J’apporte mon total soutien aux effectifs de la BTC (brigades territoriales de contact, ndlr) d’Aulnay / Sevran ».

La garde à vue du mis en cause a été levée ce mercredi soir pour raisons médicales selon des sources concordantes, sans que l’on connaisse la nature des blessures de cet employé municipal. Sur son compte Instagram qui compte près de 17 000 followers, Lamine Ba remercie ces soutiens. « On va laisser la justice faire son travail », a-t-il également écrit.

Un rassemblement devant le commissariat d’Aulnay-sous-Bois

Ce jeudi soir, un rassemblement à l’initiative des syndicats de policiers était organisé devant le commissariat d’Aulnay-sous-Bois, en soutien au fonctionnaire suspendu.