Stains : Les deux policiers qui ont tiré placés en garde à vue pour tentative d’homicide volontaire


Les policiers de la BAC ont ouvert le feu sur un chauffard qui a percuté l'un d'entre eux. (capture écran/DR)

Un équipage de la brigade anticriminalité (BAC) a ouvert le feu sur un chauffard qui refusait d’obtempérer, blessant deux fonctionnaires, à Stains (Seine-Saint-Denis) dans la nuit de dimanche à lundi. Ces derniers ont été placés en garde à vue dans les locaux de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN).

Une partie de cette intervention de police a été filmée par un témoin qui a publié ses images sur Snapchat. Elle s’est déroulée vers 01h30 sur le boulevard Maxime-Gorki à Stains.

Sur cette vidéo d’environ une minute, on aperçoit un policier accroché sur une Citroën C2, qui tente de stopper le conducteur. Celui-ci effectue une marche arrière. Il aurait alors percuté un autre fonctionnaire a indiqué la préfecture de police de Paris. Deux des trois policiers ouvrent le feu à huit reprises au total. Le chauffard finit par s’immobiliser alors qu’il repartait vers l’avant.

Leur pronostic vital n’est plus engagé

Dans la voiture, le conducteur et sa passagère sont grièvement blessés par balle. L’homme au volant aurait été touché à trois reprises, tandis que sa passagère aurait été touchée au niveau du dos. Le chauffard a été conduit à l’hôpital Georges-Pompidou à Paris (XVe) en état d’urgence absolue. La femme qui l’accompagnait a de son côté été transportée à l’hôpital la Pitié-Salpêtrière (XIIIe). Leurs jours ne sont désormais plus en danger. A ce stade, ils se sont vus attribuer respectivement 45 et 100 jours d’incapacité totale de travail (ITT) indique une source proche de l’enquête.

Deux enquêtes ouvertes

Les deux policiers ont également été blessés, l’un à la main et à un genou, le second à une cheville. Ils ont été pris en charge à la clinique de l’Estrée à Stains. Leur ITT n’est pas connue pour l’heure. Les deux agents ont été auditionnés par le service départemental de police judiciaire de Seine-Saint-Denis (SDPJ 93), qui a été chargé d’une enquête ouverte par le parquet de Bobigny des chefs de « refus d’obtempérer » et « tentative d’homicide sur personne dépositaire de l’autorité publique ».

Peu avant 16 heures, ils ont ensuite été placés en garde à vue à l’IGPN, qui est chargée d’une enquête pour « tentative d’homicide volontaire » selon cette même source. Le troisième policier qui a participé à cette intervention a été auditionné en tant que témoin. La suite des investigations devra déterminer si les policiers de la BAC ont bien fait usage de leur arme dans un cadre réglementaire de légitime défense, notamment vis-à-vis de l’article L435-1 du code de la sécurité intérieure.