Strasbourg : Une jeune étudiante agressée et violemment frappée parce qu’elle porte une jupe


Elisabeth a reçu un violent coup de poing au visage en pleine rue. (photo Facebook/DR)

Une étudiante âgée de 22 ans a été insultée et frappée en plein visage, en pleine rue, parce qu’elle portait une jupe. Elle dénonce le harcèlement de rue de plus en plus présent.

Elisabeth a encore des marques de son agression sur le visage. Elle a livré son témoignage à France Bleu et raconte ce qui lui est arrivé ce vendredi près de la médiathèque Malraux à Strasbourg (Bas-Rhin), « entre 13 heures et 15 heures ». Trois individus s’en sont violemment pris à elle.

« Un des trois hommes me dit ‘regardez cette pute en jupe’ « , raconte la jeune femme de 22 ans. « Je me permets de répondre ‘pardon’. Là, ils me répondent ‘tu te tais salope et tu baisses les yeux’. Deux m’attrapent chacun par un bras et le troisième me donne un coup de poing au visage. Et après, les trois s’enfuient ».

Aucun témoin n’a réagi

Une quinzaine de personnes ont assisté à cette violente agression mais personne n’a réagi explique la jeune étudiante. Ni pendant, ni après. Elisabeth a un œil au beurre noir, mais elle « relativise énormément ». « La vie est tellement courte, il y a tellement de belles choses qui arrivent. Il ne faut pas se laisser abattre et avoir maintenant peur de sortir, avoir peur de mettre une jupe », affirme-t-elle.

« C’est vraiment violent, sale, pervers »

L’étudiante explique ensuite qu’elle n’a jamais ressenti un climat aussi néfaste envers les femmes, alors même qu’elle a grandi à Strasbourg. « C’est vraiment violent, sale, pervers (…) Il va lancer ‘t’es bonne’ et va partir tout de suite. C’est toujours très lâche en fait », raconte-t-elle.

Elizabeth a déposé plainte suite à cette agression. Sur Facebook, elle a diffusé quelques photos de son visage abîmé par ce coup de poing qu’elle a reçu, en remerciant les personnes qui lui ont fait part de son soutien : « Je tenais à remercier toutes les personnes pour leur soutien. Sauf les témoins de la scène qui n’ont pas réagi au moment de l’agression. Merci aux autres pour vos messages, et votre bienveillance. Surveillez-vous les uns les autres et faites attention à vous. Maintenant ça ira ».