Suicides dans la police : La mère d’un policier qui s’est donné la mort met en cause ses conditions de travail


Illustration. (Gérard Bottino / Shutterstock)

Son fils âgé de 38 ans était policier à Lyon, il s’est suicidé au début du mois d’Avril. Sa mère a envoyé une lettre à Emmanuel Macron.

« Pour moi le seul responsable de ce qu’il se passe, c’est l’État » a affirmé Dominique à RMC. Cette dernière est la mère de Jean-François, un gardien de la paix affecté à la Brigade anti-criminalité (BAC) de nuit de Lyon, qui a mis fin à ses jours au début du mois d’avril, à son domicile. Le policier était père de 4 enfants et avait 13 ans d’expérience dans la police nationale.

« Ils ont des voitures qui ne sont pas adaptées et d’autre part il y a un manque aussi d’humain. Tout ce qu’ils vivent, c’est un sentiment d’échec » raconte Dominique. « Il m’a dis : «c’est comme si on vidait l’océan avec une cuillère à café. On fait notre métier, mais ça ne sert à rien» «  ajoute-t-elle.

« Au bout d’un moment, il a craqué »

La mère de famille explique que son fils était à bout. « Jean-François aimait son métier, il était très fier. Il a essayé de gérer au mieux, mais au bout d’un moment, il a craqué ».

« La seule chose que je demande à ses collègues c’est de parler »

Dominique dont l’ex-mari, le père et le frère, ont été ou sont policiers, a tenu aussi à adresser un message à tous les policiers. « La seule chose que je demande à ses collègues c’est de parler. A n’importe quel prix. A ses parents, à sa femme, à sa hiérarchie. Et sans l’aide efficace du gouvernement, on y arrivera pas » a poursuivi la mère du policier qui espère que ses petits-enfants choisiront un autre métier que policier.


Depuis le 1er janvier, plus de 30 policiers et gendarmes se sont suicidés en France. Un chiffre en forte hausse.